Infrabel propose aux écoles un outil de sensibilisation aux risques encourus sur les voies

12/06/18 à 13:02 - Mise à jour à 13:04

Source: Belga

(Belga) Le phénomène nommé "trespassing" consistant à traverser des voies de chemin de fer est en constante augmentation en Belgique. Plus de 800 cas ont été recensés en 2017, dont neuf ont abouti à un décès. A cela s'ajoutent sept décès sur des passages à niveau, a rapporté mardi Frédéric Sacré, porte-parole d'Infrabel, à l'occasion de la présentation d'un nouvel outil de sensibilisation à l'école professionnelle d'enseignement spécialisé libre Saint-Vincent Ferrer à Liège.

Cet outil, nommé "The Floor", vise à sensibiliser les jeunes dès 12 ans aux risques encourus en traversant des voies de chemin de fer ou en franchissant un passage à niveau. Il s'agit d'une expérience virtuelle à 360° que l'on vit à travers un dispositif constitué de lunettes et d'un casque. Celui-ci emmène sur le parcours d'un jeune homme qui perdra la vie après avoir traversé des voies à l'approche d'un train. "Les gens ont tendance à mal évaluer la vitesse d'un train, dont la distance de freinage est de minimum 400 mètres. Avec cet outil, on peut se rendre compte qu'un train est très vite là. C'est la sous-estimation du danger qui mène à des accidents", souligne Frédéric Sacré. Ce dispositif, relativement simple à transporter et installer, est à la disposition de toutes les écoles qui peuvent ainsi solliciter Infrabel pour l'organisation de séances de sensibilisation aux comportements dangereux sur le domaine ferroviaire auprès des élèves. Selon des études menées par Infrabel, le profil type de la personne qui adopte de tels comportements est un homme âgé entre 18 et 34 ans, riverain ou utilisateur de train. On constate également que sept accidents sur dix survenus sur des passages à niveau impliquent des riverains ou personnes vivant dans une commune voisine. A ce jour, et depuis sa création en 2005, Infrabel a supprimé 335 passages à niveau. "Il en reste 1.737. Si nous poursuivons le programme de suppressions, à raison d'environ 15 par an, il s'agit d'un travail de très longue haleine. D'où l'importance de sensibiliser la population en vue de faire évoluer les comportements", conclut Frédéric Sacré. (Belga)

Nos partenaires