Informateur : "Les questions communautaires ne sont plus à l'ordre du jour"

28/05/14 à 10:38 - Mise à jour à 10:38

Source: Le Vif

Les présidents en titre et faisant fonction du PS, Elio Di Rupo et Paul Magnette, étaient reçus mercredi matin par l'informateur royal Bart De Wever pour une première rencontre du président de la N-VA avec les représentants des partis francophones, dans les salons d'un Sénat désormais chambre des Régions.

Informateur : "Les questions communautaires ne sont plus à l'ordre du jour"

© Image Globe

Peu auparavant, M. De Wever était lui aussi entré, s'abstenant comme ses hôtes de tout commentaire et adressant un simple pouce levé aux journalistes qui les attendaient dans le péristyle du Palais de la Nation.

Elio Di Rupo : "les questions communautaires ne sont plus à l'ordre du jour"

"Ce qui a changé (par rapport à la première mission d'information de M. De Wever en 2010), c'est que les questions communautaires ne sont plus à l'ordre du jour", a déclaré mercredi le Premier ministre sortant Elio Di Rupo (PS), à l'issue d'un entretien avec le président de la N-VA et informateur royal, Bart De Wever.

La première mission royale d'information du président des nationalistes flamands à l'issue des élections anticipées de mai 2010 avait ouvert la plus longue période de négociations gouvernementales, qui s'est conclue en décembre 2011 par une 6e réforme de l'Etat et un accord de gouvernement auxquels n'a pas souscrit M. De Wever.

Les partis de la coalition sortante ont, durant la campagne électorale, insisté sur la nécessité de mettre en oeuvre cette réforme en se focalisant sur le socio-économique. La N-VA a également affirmé qu'elle faisait du socio-économique une priorité.

"Ce sont désormais les sujets économiques et le social" qui déterminent l'agenda des rencontres entre M. De Wever et les représentants des partis francophones, a estimé le président en titre du PS, qui rencontrait l'informateur en compagnie du président faisant fonction Paul Magnette.

Ces thèmes concernent la création d'emplois, la croissance du pouvoir d'achat et la préservation de l'indexation automatique des salaires, a ajouté ce dernier, précisant que les deux hommes avaient exposé les priorités du PS.

La question d'un gouvernement associant le PS et la N-VA "ne se pose pas en ces termes", et celle du choix d'une quelconque autre coalition n'est pas à l'ordre du jour aujourd'hui, a estimé Paul Magnette, tandis que M. Di Rupo qualifiait l'ambiance de la rencontre de courtoise et insistait sur le thème de la stabilité. Tous deux ont ensuite renvoyé au rapport que doit rendre M. De Wever au roi mardi prochain.

A leur suite a été reçu le président du MR Charles Michel. Ce dernier a adopté une attitude tout à fait différente de ses deux prédécesseurs en évitant de s'adresser à la presse à l'issue de sa rencontre avec M. De Wever.

A midi, c'était au tour du président du cdH Benoît Lutgen d'être reçu par l'informateur royal. Il doit être suivi des représentants d'Ecolo (14h), du PTB-GO (15h), du PP (16h) et du FDF (17h).

Nos partenaires