Incident dans un centre psychiatrique à Schaerbeek - Une situation malheureusement prévisible lorsque le personnel n'est pas en nombre

26/01/16 à 18:27 - Mise à jour à 18:27

Source: Belga

(Belga) La violente agression dont ont été victimes six soignants et un patient au centre hospitalier Titeca à Bruxelles est une situation "malheureusement prévisible", lorsqu'elle résulte notamment d'un manque de personnel, a déploré mardi la CNE au lendemain de l'attaque commise par un jeune patient de cette institut de soins psychiatriques. La CNE insiste sur la nécessité d'assurer la présence effective d'un nombre suffisant de personnel pour prévenir ce genre d'événement.

"Ce genre d'agression n'est malheureusement pas isolée, et met clairement en évidence un malaise de plus en plus important dans nos institutions: une détérioration des conditions de travail liée à des problèmes multiples, tels que l'augmentation de la charge de travail, et un encadrement insuffisant du personnel", souligne le syndicat chrétien. Pour la CNE, il est clair que l'aspect sécurité du personnel est bien souvent mis au second plan dans beaucoup d'institutions. "Et la réforme financière imposée aux hôpitaux par la ministre de la Santé Maggie De Block entraînera encore, à l'avenir, une diminution de personnel dans les institutions", fait observer la CNE qui dénonce cette réforme à l'instar des autres organisations syndicales. "Plus que jamais, les syndicats insistent sur la nécessité de prévenir ce genre d'événement par la présence effective d'un nombre suffisant de personnel, une formation adéquate, et une organisation bien réfléchie et adaptée de l'analyse de risques", conclut la CNE pour laquelle "on ne peut assurer des soins de qualité" en "bradant la sécurité du personnel". (Belga)

Nos partenaires