Inauguration de la nouvelle prison de Marche-en-Famenne

17/10/13 à 14:36 - Mise à jour à 14:36

Source: Le Vif

Le Premier ministre Elio Di Rupo, accompagné de la ministre de la Justice Annemie Turtelboom et du secrétaire d'Etat en charge de la Régie des bâtiments Servais Verherstraeten, ont inauguré jeudi la nouvelle prison de Marche-en-Famenne.

Inauguration de la nouvelle prison de Marche-en-Famenne

© Image Globe

Conçue pour 312 détenus, cette nouvelle prison est la première réalisation du Masterplan du gouvernement destiné à diminuer la surpopulation carcérale mais aussi améliorer les conditions de vie des détenus, particulièrement mauvaises en Belgique.

Installé sur un terrain 16 hectares situé au nord de Marche, l'établissement pénitentiaire ultra-moderne entend offrir un cadre de vie sécurisé, mais "digne", afin de diminuer le comportement agressif des détenus.

"Seule une approche plus humaine (de la détention) peut diminuer la récidive, et donc les risques pour la société", a fait valoir Mme Turtelboom lors de la cérémonie d'inauguration.

Les 312 détenus (300 hommes et 12 femmes) de Marche disposeront de cellules lumineuses et décorées de couleurs vives, ainsi que de douches individuelles. Ils bénéficieront d'un régime tantôt cellulaire, tantôt communautaire avec notamment la possibilité de se faire à manger dans des cuisines collectives ou l'accès permanent au préau.

Une bibliothèque, une salle de sport couverte, et une autre extérieure, ont aussi été prévues, de même que des salles de cours et des ateliers où 150 prisonniers pourront travailler. "Cette prison est un lieu de transition vers une autre vie", a commenté de son côté M. Di Rupo. "Tous les détenus finiront par sortir un jour. L'objectif est donc qu'ils puissent se réintégrer et ne plus représenter un danger pour la société".

Outre ces différentes facilités, le complexe comporte aussi une salle pour le tribunal d'application des peines (TAP) ainsi que la chambre du conseil afin de limiter au mieux les transferts des détenus.

La nouvelle prison dispose d'un système électronique de contrôle d'accès ultra-moderne pour éviter les éventuels troubles et évasions. Cette inauguration intervient toutefois sur fond de tensions sociales, le syndicat CSC ayant ces derniers jours pointé plusieurs manquements sécuritaires au nouveau bâtiment qui doit accueillir ses premiers détenus début novembre.

L'édifice a également été conçu dans un souci de développement durable, notamment par la réutilisation de l'eau de pluie ou le placement de toitures végétalisées, ainsi que la maîtrise de la consommation énergétique globale.

Son implantation à Marche représente aussi un gisement d'emploi important dans une région qui compte 12% de chômeurs. Quelque trois cents personnes au total y travailleront en effet.

Cette nouvelle prison a été construite en moins de deux ans dans le cadre d'un partenariat public-privé. La conception, réalisation et entretien du bâtiment est assumée par le consortium Eiffagge DG Infra+, mais le site est propriété de l'Etat. Ce dernier paiera en conséquence une indemnité de 12,2 millions d'euros par an au consortium, et ce pendant 25 ans.

En savoir plus sur:

Nos partenaires