Inauguraion du nouveau siège du CoCof

27/09/13 à 07:12 - Mise à jour à 07:12

Source: Le Vif

Les élus francophones bruxellois ont profité, jeudi soir, de l'ouverture officielle, à Bruxelles, de la Fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles, pour prendre possession du nouveau siège de la Commission Communautaire française de Bruxelles.

Inauguraion du nouveau siège du CoCof

© Image Globe

Cette nouvelle aile du complexe des institutions parlementaires régionales et communautaires bruxelloises héberge plus précisément la présidence et le greffe du parlement francophone bruxellois, l'assemblée de la Commission Communautaire française.

Particularité du nouvel édifice de 2.000 m2, qui est adossé à l'ex-palais provincial du Brabant hébergeant le parlement régional: il est aménagé sur le mode passif et tranche singulièrement par son enveloppe des plus modernes constituée d'un virage alvéolaire digne des fleurons de l'apiculture.

Une première inauguration souhaitée par Françoise Dupuis, la présidente du parlement bruxellois, avait été organisée sans occupant en juillet dernier.

L'institution régionale est le maître d'ouvrage et propriétaire des lieux, agissant de concert avec la Commission Communautaire française qui loue les locaux. Après des années d'errance du dossier, plusieurs mandataires bruxellois ont permis de faire évoluer le dossier vers sa concrétisation au cours des dernières années: Christos Doulkeridis, qui fut le président de l'assemblée francophone, ainsi que l'ex-président du parlement régional Eric Tomas et l'actuelle titulaire du mandat Françoise Dupuis, et Julie de Groote, qui a occupé la présidence de l'assemblée de la CoCof. L'actuel président du parlement de la CoCof, Hamza Fassi Fihri a tenu à les associer à l'inauguration.

Focalisant quant à lui davantage son propos sur la Fête de la Communauté française à Bruxelles, le ministre-président de la CoCof Christos Doulkeridis s'est quant à lui félicité du retour de l'institution à une situation budgétaire plus saine que par le passé. Il a estimé que la réussite du transfert des compétences du fédéral à Bruxelles dépendra de la capacité à privilégier au maximum des politiques communes à tous les Bruxellois et passera par la (re)construction de liens égalitaires avec les autres entités du pays.

Nos partenaires