Impôts : les dépenses déductibles réduites à peau de chagrin

11/05/15 à 10:39 - Mise à jour à 10:39

Source: Le Vif/l'express

Les investissements donnant droit à une réduction d'impôts sont supprimés les uns après les autres. Lesquels sont passés à la trappe, lesquels ont survécu ? Tour d'horizon.

Impôts : les dépenses déductibles réduites à peau de chagrin

Jusqu'à 45 % des dépenses de garde d'enfants sont déductibles. © Belga

Jusqu'il y a peu, l'une des manières d'alléger sa facture fiscale consistait à procéder à des investissements donnant droit à une déduction. Mais force est de constater que la liste en la matière rétrécit d'année en année...

Energie.

Les réductions d'impôts qui étaient octroyées à la suite de travaux réalisés dans son habitation dans le but d'économiser de l'énergie sont supprimées depuis l'exercice 2014 (portant sur les dépenses effectuées en 2013). Finis les avantages liés à l'installation de panneaux solaires, d'une chaudière performante, de châssis double vitrage ou encore d'une pompe à chaleur. Idem pour les réductions liées à la construction de maisons passives, basse ou zéro énergie, disparues un an plus tôt. Seule survivante pour la déclaration 2015 : l'isolation du toit des habitations occupées depuis au moins cinq ans. Jusqu'à 30 % de l'investissement peuvent être déduits, soit un montant maximal de 3 040 euros.

Protection.

Côté logement toujours, les avantages liés aux dispositifs de protection contre le vol et l'incendie (alarmes, caméras, portes résistantes au feu, extincteurs...) vivent leurs dernières heures en Flandre et en Wallonie. Depuis que cette compétence a été régionalisée, le nord et le sud du pays ont en effet décidé d'y mettre fin à partir du 1er janvier 2015, contrairement à Bruxelles. Concrètement, cela signifie que les investissements réalisés jusqu'au 31 décembre 2014 peuvent bénéficier d'une réduction à hauteur de 30 %. Après, seuls les Bruxellois seront toujours fiscalement récompensés.

Véhicules électriques.

Autre bonus passé à la trappe depuis l'année dernière : celui concernant l'achat de véhicules électriques. Toutefois, les heureux propriétaires de motocyclettes, de tricycles et de quadricycles électriques (dont le paiement a été effectué en 2014) peuvent continuer à solliciter une réduction d'impôts. De 15 % de la valeur de l'achat, avec un maximum de 3 010 euros pour les deux premiers engins et de 4 940 euros pour le troisième.

Garde d'enfants.

Bon à savoir, les dépenses liées aux gardes d'enfants restent quant à elles déductibles. Pour autant que les périodes concernées se situent en dehors du temps scolaire (avant ou après l'école, pendant la pause de midi, durant les week-ends, en internat...), que l'enfant ait maximum 12 ans et que les gardes aient été confiées à des institutions reconnues. Si toutes les conditions sont réunies, jusqu'à 45 % des dépenses seront déductibles (plafonnées à 11,20 euros par jour).

Titres-services.

Tout comme les chèques ALE, ils continuent eux aussi à bénéficier d'un traitement de faveur. Ceux achetés en 2014 donnent droit à un montant déductible par personne de 1 400 euros. En 2015, rien ne changera en Flandre et à Bruxelles. Par contre, en Wallonie, le bonus sera revu à la baisse : un titre-service de 9 euros ne coûtera plus 6,30 euros après diminution d'impôts, mais bien 8,10 euros. Soit une réduction de 0,9 euros pour les 150 premiers chèques achetés. Encore un avantage qui s'amenuise...

Epargne-pension.

Rien ne change, au sens propre, concernant le montant de l'épargne-pension donnant droit à une réduction d'impôts : il a été gelé par le gouvernement à 940 euros. Il ne reste plus qu'à poser un beau geste : les dons au profit d'organisations, eux, offrent toujours une déduction de 45 % du montant, d'au moins 40 euros. Tout n'est donc pas perdu...

Par Mélanie Geelkens

Le dossier spécial dans Le Vif/L'Express de cette semaine. Avec :

  • Longues files en vue devant les bureaux de taxation
  • L'avocat fiscaliste : "Le contribuable sera perdant en 2015"
  • Rien ne sert de cacher un compte à l'étranger
  • Frais réels ou forfaitaires ?
  • Le casse-tête des droits d'auteur
  • Les amendes dans les impôts Immobilier : ce qui change
  • Roland Gillet : "Osons repenser la fiscalité immobilière !"

En savoir plus sur:

Nos partenaires