Il n'y a jamais eu autant de bénéficiaires du revenu d'intégration (et ça ne risque pas de s'améliorer)

18/12/15 à 14:53 - Mise à jour à 14:52

Source: Belga

Lors du premier semestre 2015, la Belgique comptait en moyenne 114.195 bénéficiaires du revenu d'intégration sur une base mensuelle. Il s'agit d'une hausse de 11,3% par rapport à la moyenne mensuelle de 102.646 bénéficiaires en 2014.

Il n'y a jamais eu autant de bénéficiaires du revenu d'intégration (et ça ne risque pas de s'améliorer)

© Belga

"Cette augmentation est la plus importante depuis 2003 et atteint des proportions considérablement plus élevées que la situation exceptionnelle de 2009, où une augmentation temporaire de 9,8% avait été constatée", indique le SPP Intégration Sociale (IS) vendredi.

"Le nombre de personnes venues frapper à la porte des CPAS durant le premier semestre de 2015 en vue d'obtenir un revenu d'intégration dépasse d'ores et déjà le nombre de personnes que nous avons pu aider pendant la totalité de l'année 2014. Le pourcentage d'augmentation dépassant les 11% est même supérieur à ce que nous avions pu constater lors des retombées de la crise économique et financière", explique le président du SPP IS, Julien Van Geertsom.

La Wallonie présente l'augmentation la plus marquée, avec 15%, devant la Flandre (+8,7%) puis Bruxelles (+7,7%). Les petites communes sont en moyenne plus touchées (+13,6%) que les 5 grandes villes du pays (+10,3%). Cette hausse s'explique notamment par les retombées de la réforme de la politique en matière d'emploi.

La limitation de l'allocation d'insertion n'ayant produit ses effets qu'à partir du 1er janvier 2015. "Nous constatons clairement que les jeunes de 18 à 24 ans inclus continuent de former le groupe le plus important dans la catégorie des bénéficiaires du revenu d'intégration (31,9%). Alors que nous avions enregistré une augmentation de 5,1% dans cette catégorie sur l'ensemble de l'année 2014, nous notons durant le premier semestre de 2015 une augmentation de 7,9%", ajoute le président du SPP IS. L'institution souligne par ailleurs que le nombre de personnes démunies est encore appelé à augmenter à partir de 2016 en raison du nombre de réfugiés reconnus.

En savoir plus sur:

Nos partenaires