"Il n'est pas prévu d'abandonner le mécanisme des intérêts notionnels"

16/02/16 à 09:17 - Mise à jour à 09:17

Source: Belga

(Belga) Il n'est pas du tout prévu de revoir la déductibilité des intérêts notionnels, a indiqué mardi la ministre du budget Sophie Wilmès (MR), qui admet toutefois qu'il faudra peut-être "revoir la donne". La veille, son homologue chargé des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) évoquait la fin à terme du système des intérêts notionnels dans un contexte belgo-américain, le mécanisme étant dans le viseur de Washington.

"Il n'est pas prévu d'abandonner le mécanisme des intérêts notionnels"

"Il n'est pas prévu d'abandonner le mécanisme des intérêts notionnels" © BELGA

"Il n'est pas du tout prévu d'abandonner les intérêts notionnels, par contre c'est vrai que si tous ces mécanismes qui rendent notre pays attractif vis-à-vis de l'étranger étaient amenés à disparaitre nous devrions peut-être revoir la donne", a suggéré la ministre libérale invitée mardi matin au micro de Bel RTL. "Le ministre des Finances dit qu'il faut s'adapter à l'évolution des choses, je n'ai pas de problème avec ça, le problème c'est d'estimer comment on s'adapte, combien ça coûte, et quand", a-t-elle encore développé. Interrogée sur la possibilité soulevée par M. Van Overtveldt de réduire le taux d'imposition des sociétés à 20%, mais sans mécanisme de déduction fiscale en retour, la ministre a précisé que chaque parti avait le droit de revenir avec de nouvelles propositions en cours de législature, "mais il faudra l'accord des quatre partis et surtout estimer quel est le coût pour l'Etat belge". Elle a affirmé qu'un tel échange serait une bonne idée "surtout si, et seulement si, ça profite à nos PME", observant toutefois que cela pouvait constituer une difficulté pour les investisseurs étrangers qui se basent sur le taux d'imposition facial. (Belga)

Nos partenaires