"Il faut maintenir une pression constante sur le gouvernement"

26/08/15 à 14:15 - Mise à jour à 14:15

Source: Belga

Marc Goblet, le secrétaire général de la FGTB, veut maintenir la pression sur le gouvernement et les employeurs en cette rentrée 2015. "Les enjeux qui arrivent sont très importants", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse organisée mercredi.

"Il faut maintenir une pression constante sur le gouvernement"

© Belga

Le leader francophone du syndicat socialiste n'a une nouvelle fois pas mâché ses mots à l'encontre de l'action du gouvernement fédéral. "Une fois de plus, l'essentiel des efforts est porté par les travailleurs, en ce compris les indépendants, les classes moyennes et les petits entrepreneurs", a-t-il expliqué en référence au budget 2016 et au tax shift. Il fustige notamment la hausse de la TVA sur l'énergie, "une mesure difficile à comprendre", et des accises, notamment sur le tabac, alors que le capital ne contribue pas assez aux efforts demandés par l'exécutif, selon lui. "Or, quand un travailleur offre sa force de travail, il investit son capital", explique M. Goblet. Le secrétaire général est également revenu sur sa proposition de réduire le temps de travail des travailleurs de plus de 50 ans. En baissant les cotisations sur ces travailleurs, les employeurs pourraient engager des jeunes qui bénéficieraient de l'expérience de leurs aînés. "On tient ainsi compte des intérêts des travailleurs et des patrons", estime-t-il, ajoutant que certains employeurs avec lesquels il avait pu s'entretenir à ce sujet s'étaient montrés enthousiastes. Cette proposition a également reçu le soutient de la CSC, a-t-il précisé, indiquant qu'elle figurera sur un prochain tract du front commun syndical. La rentrée s'annonce chargée pour les syndicats alors que le Groupe des Dix s'est réuni la semaine passée pour établir son agenda. Les pensions, le "travail faisable", ainsi que la loi de 1996 sur la formation des salaires et la compétitivité des entreprises figurent au menu de la concertation sociale. "On ne peut pas entrer dans une logique de flexibilité qui ne coûte rien", a prévenu M. Goblet. "L'inconvénient doit également être rémunéré." Pour "maintenir la pression", le front commun syndical mènera une manifestation nationale, à l'occasion du premier anniversaire du gouvernement Michel. "Il faut maintenir une pression constante", a conclu Marc Goblet, qui a ajouté que les actions de la fin 2014 ont permis d'obtenir raison sur certains points.

En savoir plus sur:

Nos partenaires