HRW dénonce l'utilisation croissante des bombes à sous-munitions

20/12/15 à 12:54 - Mise à jour à 12:54

Source: Belga

(Belga) Human Rights Watch (HRW) a dénoncé dimanche l'utilisation croissante des bombes à sous-munitions depuis le début de l'offensive militaire russe et du régime syrien contre les groupes rebelles, le 30 septembre.

HRW dénonce l'utilisation croissante des bombes à sous-munitions

HRW dénonce l'utilisation croissante des bombes à sous-munitions © BELGA

Cette organisation de défense des droits de l'homme basée à New York, affirme avoir répertorié au moins 20 utilisations de bombes à sous-munitions depuis l'offensive russo-syrienne. Elle déclare avoir collecté des informations sur des attaques dans neuf endroits, dont deux dans des camps de déplacés qui ont tué au moins 35 civils, cinq femmes et 17 enfants, et blessé des dizaines d'autres. Pour les autres, HRW indiqué avoir eu des preuves en images de l'utilisation de bombes à sous-munitions. Ces bombes sont de fabrication russe ou de l'ex-Union soviétique, assure l'organisation. HRW affirme que l'utilisation de ces bombes viole la résolution 2139 du Conseil de sécurité de l'ONU du 22 février 2014 qui demande à toutes les parties impliquées dans le conflit en Syrie de mettre fin "à l'emploi de manière aveugle d'armes dans des régions peuplées". Elle contredit aussi le communiqué publié par le ministère syrien des Affaires étrangères le 9 novembre 2015 qui assure que l'armée syrienne "n'utilise pas et n'utilisera pas d'armes qui frappent de manière aveugle". Les bombes à sous-munitions peuvent être tirées par l'artillerie ou larguées par des avions. (Belga)

Nos partenaires