Herman Van Rompuy appelle à un accord le plus vite possible

20/06/11 à 08:27 - Mise à jour à 08:27

Source: Le Vif

Un accord communautaire doit être conclu le plus vite possible, a averti dimanche le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy (CD&V). Selon lui, l'approche des élections communales empêchera les "partis bruxellois", et en particulier le FDF, de conclure un accord sur Bruxelles-Hal-Vilvorde. Or, sans accord sur ce point, il n'y aura pas d'accord global.

Herman Van Rompuy appelle à un accord le plus vite possible

© Belga

"Vous n'imaginez quand-même pas qu'un avant les élections communales, les partis bruxellois - et un parti s'est particulièrement exprimé sur ce point, le FDF- concluront un accord sur BHV", a souligné M. Van Rompuy sur le plateau de l'émission "De Zevende Dag" (VRT).

Il n'est pas trop tard pour conclure un accord, estime-t-il, mais cela doit se faire le plus rapidement possible.

Le président du Conseil européen se dit également inquiet devant l'hypothèse de nouvelles élections fédérales. "Ce sera comme la IIIe République française avant la guerre: on prend les mêmes et on recommence".

Marc Eyskens charge la N-VA

Un autre ancien premier ministre du CD&V était présent dans les débats dominicaux, sur la RTBF cette fois-ci. Mark Eyskens a mis en garde son parti contre le "suivisme" à l'égard de la N-VA.

"Le suivisme de la N-VA, c'est suicidaire. Ce n'est pas l'avenir de la démocratie chrétienne sinon elle risque de disparaître complètement, comme en Italie", a-t-il averti.

Les partis sociaux-chrétiens sont au centre et, à ses yeux, leur fondement, c'est la solidarité. A l'inverse de la N-VA qui est de droite "sinon d'extrême-droite sur le plan social et économique". Il y a donc un "gouffre" entre le CD&V et la N-VA, à entendre M. Eyskens. "Il n'y a pas moyen de s'entendre avec un parti pareil", a-t-il ajouté.

Marc Eyskens n'a pas le sentiment d'être isolé au sein de son parti. "Entre quatre yeux, nous sommes tous assez critiques", a-t-il affirmé.

L'ancien premier ministre ne s'attend pas à ce que le CD&V refuse la note à venir du formateur Elio Di Rupo comme il avait refusé la note du conciliateur Johan Vande Lanotte. Il a par ailleurs répété sa thèse à propos d'une auto-exclusion de la N-VA des négociations.

"Si les partis flamands disent 'oui mais' à Elio Di Rupo -ce qui me semble assez probable- et que la N-VA dit 'non', alors la N-VA s'auto-exclut", a-t-il expliqué.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires