Hausse des honoraires hospitaliers: les médecins dénoncent l'hypocrisie des mutuelles

10/11/17 à 16:55 - Mise à jour à 16:57

Source: Belga

(Belga) Les mutuelles ne sont pas tout à fait étrangères à l'augmentation des suppléments d'honoraires en chambre individuelle, estime le syndicat de médecins Absym. Les mutuelles ont milité pour l'interdiction de facturer des suppléments d'honoraires aux patients en chambres communes afin de maintenir la rentabilité de leurs assurances hospitalisation, selon le syndicat.

La facture hospitalière est passée de 461 euros en 2015 à 478 euros en 2016, indiquait lundi la mutualité Solidaris qui publiait un baromètre sur le sujet. Une augmentation due principalement aux suppléments d'honoraires en chambre individuelle: un séjour en chambre particulière coûte en moyenne sept fois plus cher qu'un séjour en chambre commune ou double. "La nouvelle attaque des mutuelles au sujet de l'augmentation des frais pour les chambres individuelles est hypocrite et vise une fois de plus à atteindre le même objectif: conserver l'abordabilité (entendez rentabilité) des assurances hospitalisation. Dans leurs polices d'assurance hospitalisation, les mutuelles ne remboursent que 100% des suppléments d'honoraires sur les chambres individuelles mais oublient d'en informer leurs affiliés", indique l'Absym dans un communiqué diffusé vendredi. Confrontés à un sous-financement public, les hôpitaux ont été contraints de chercher de nouvelles ressources. "Leur stratégie de survie était donc prévisible: inciter les médecins à demander des suppléments plus élevés aux patients en chambres individuelles." "Parfois, les hôpitaux décident unilatéralement, sans aucune concertation avec les médecins, d'instaurer une augmentation des suppléments, que ces mêmes hôpitaux s'attribuent intégralement." Le syndicat pointe en outre le manque de gestion des hôpitaux bruxellois et wallons. Les suppléments d'honoraires y sont en effet plus élevés alors que les médecins spécialistes, par exemple, sont moins bien rémunérés qu'en Flandre. L'Absym regrette de le timing de la publication du baromètre de Solidaris alors qu'une nouvelle réunion autour du prochain accord médico-mutualiste doit se tenir lundi soir. (Belga)

Nos partenaires