Hausse des équivalents temps plein dans les radios privées en réseau

20/12/17 à 06:33 - Mise à jour à 06:36

Source: Belga

(Belga) Les radios privées en réseau (qui disposent de plusieurs fréquences, ndlr) se sont révélées pourvoyeuses d'emploi en 2016, rapporte mercredi le Conseil supérieur de l'audiovisuel dans son bilan annuel sur le secteur privé radiophonique. Une hausse de 33 équivalents temps-plein (ETP) a ainsi été constatée par rapport à 2015 pour atteindre les 242 emplois l'an dernier. La masse salariale totale représentait quant à elle plus de 16 millions d'euros. Les engagements ont principalement été enregistrés par les réseaux communautaires et plus particulièrement les radios du groupe NRJ/Nostalgie, souligne l'instance.

Côté radios privées indépendantes (dotées d'une seule fréquence, ndlr), le bénévolat reste privilégié malgré une baisse du nombre de volontaires (1.916 actifs en 2016, contre 2.273 en 2015). "Les radios indépendantes fonctionnent avec une moyenne de 27 bénévoles par radio. Cela équivaut à une moyenne hebdomadaire d'heures prestées de 152 heures, soit un peu plus de 4h/personne/semaine", indique le CSA. "Si le nombre de travailleurs salariés a augmenté dans les radios en réseau, le nombre de radios indépendantes qui recourent à des travailleurs salariés diminue légèrement à 19 éditeurs. Certaines radios ont plutôt recours à des travailleurs indépendants", précise-t-il encore. En ce qui concerne le chiffre d'affaires global des radios privées, celui-ci présente une augmentation de plus de 4 millions d'euros par rapport à l'exercice 2015: + 2,44 millions d'euros dans les réseaux communautaires et urbains et + 1,8 million d'euros dans les réseaux provinciaux. "Bien que le chiffre d'affaires moyen ne diminue pas, le chiffre d'affaires global des radios indépendantes accuse une légère diminution (-65.788,03 euros) et ne poursuit pas la progression constatée au précédent contrôle. Cette diminution peut s'expliquer par la disparition d'une radio (Radio Italia) et la non-remise des comptes d'une autre (Radio KIF)", explique par ailleurs le CSA. Si les radios en réseau sont majoritairement financées par la publicité, le chiffre d'affaires des radios indépendantes est toujours généré par des sources diverses (recettes publicitaires, subsides, dons, cotisations et cartes de soutien, revenus d'activités parallèles), pointe encore le Conseil supérieur de l'audiovisuel. (Belga)

Nos partenaires