Hausse alarmante du nombre de victimes de mines antipersonnel entre 2014 et 2015

22/11/16 à 16:11 - Mise à jour à 16:14

Source: Belga

(Belga) Au moins 6.461 personnes ont été tuées ou blessées par des mines antipersonnel en 2015, selon le rapport 2016 de l'Observatoire des mines antipersonnel publié mardi. Il s'agit d'une hausse de 75% par rapport à 2014 et du bilan le plus lourd enregistré par l'Observatoire depuis 10 ans, souligne Handicap International.

Hausse alarmante du nombre de victimes de mines antipersonnel entre 2014 et 2015

Hausse alarmante du nombre de victimes de mines antipersonnel entre 2014 et 2015 © BELGA

En 2015, la majorité des nouvelles victimes ont été enregistrées en Afghanistan (1.310), en Libye (1.004), au Yémen (988), en Syrie (864) et en Ukraine (589). "A eux seuls, ces cinq pays représentent 74% des victimes signalées en 2015", tandis que 61 Etats et territoires dans le monde ont compté des victimes de ces armes l'an dernier. Le bilan est d'autant plus lourd que les mines antipersonnel continuent de tuer majoritairement des civils (78% des victimes), parmi lesquelles 38% sont des enfants. L'utilisation de ces armes est de plus en plus le fait de groupes armés non étatiques. Des mines de fabrication artisanale ont été identifiées dans 10 pays au cours de l'année passée: en Afghanistan, Colombie, Irak, Libye, Myanmar, Nigeria, Pakistan, Syrie, Ukraine et Yémen. Mais au total, ce sont 64 Etats et territoires dont le sol est durablement contaminé. Alors que le nombre de victimes ne cesse de croître, Handicap International s'inquiète de la baisse continue des financements dédiés à la luttes contre ces mines, qui ont atteint leur plus bas niveau depuis 2005 à 471,3 millions de dollars. "Nous sommes face à un phénomène particulièrement inquiétant: d'un côté, le financement du déminage, de la prévention et de l'assistance aux victimes baisse et la majorité des pays encore contaminés et signataires du Traité d'Ottawa ont pris du retard dans leurs opérations de déminage. De l'autre, nous assistons à une recrudescence effrayante de l'utilisation des mines et à une augmentation du nombre de leurs victimes. Les ONG seules ne pourront pas enrayer cette progression terrifiante", dénonce Anne Héry, directrice du plaidoyer de Handicap International. (Belga)

Nos partenaires