Haspel quasi-assurée de diriger la CIA, après le ralliement d'un nouvel élu démocrate

16/05/18 à 01:04 - Mise à jour à 01:05

Source: Belga

(Belga) Gina Haspel, désignée par le président américain Donald Trump pour diriger la CIA, semble quasi-assurée d'être confirmée à ce poste après le ralliement mardi d'un élu démocrate clé du Sénat, qui s'est dit convaincu par la candidate malgré son rôle controversé dans des programmes de torture.

La commission du Renseignement du Sénat vote mercredi sur sa nomination en amont du vote de l'ensemble du Sénat et Gina Haspel dispose désormais d'une majorité dans les intentions de vote. Au moins 4 démocrates ont apporté leur soutien à Mme Haspel, qui doit remplacer à la tête de la CIA Mike Pompeo désormais chef de la diplomatie américaine, compensant ainsi la défection de deux républicains. Mark Warner, vice-président de la commission du Renseignement, s'est dit satisfait par les garanties offertes par Mme Haspel, qui s'est expliquée longuement la semaine dernière au Congrès sur son rôle, pendant au moins une partie de l'année 2002, à la tête d'une prison secrète de la CIA en Thaïlande, où les détenus suspectés d'appartenir à Al-Qaïda étaient fréquemment torturés. "Je pense qu'elle est quelqu'un qui peut et qui s'opposera au président si elle reçoit l'ordre de faire quelque chose d'illégal ou d'immoral --comme un retour à la torture", a expliqué M. Warner dans un communiqué annonçant son soutien. Gina Haspel avait adressé mardi un courrier à Mark Warner dans lequel elle affirme que les interrogatoires incriminés "n'étaient pas ceux que la CIA auraient dû mener". "En tant que directrice, je refuserais de mener toute activité qui est contraire à mon sens moral et à mes valeurs éthiques", a-t-elle ajouté. Trois autres démocrates, Joe Manchin, Joe Donnelly et Heidi Heitkamp, tous en campagne pour leur réélection en novembre prochain dans des Etats ayant voté en majorité pour Donald Trump en 2016, ont également apporté leur soutien à Gina Haspel. Parmi les sénateurs républicains, deux ont exprimé leur opposition à la nomination: John McCain et Rand Paul. (Belga)

Nos partenaires