Gwendolyn Rutten trouve la circonscription fédérale sympathique

09/06/13 à 16:23 - Mise à jour à 16:23

Source: Le Vif

La présidente de l'Open Vld Gwendolyn Rutten a affiché dimanche sa "sympathie" à l'égard de la proposition de Groen de créer une "circonscription fédérale", quelques jours après avoir pris ses distances avec le "confédéralisme" défendu, avec des nuances, par le centre et la droite flamande, mais surtout mis en avant par la N-VA depuis quelques années.

Gwendolyn Rutten trouve la circonscription fédérale sympathique

© Image Globe

Soutenue par certains cercles académiques, la circonscription fédérale est essentiellement portée par les écologistes, des deux côtés de la frontière linguistique mais également par les libéraux. Cependant, au nord du pays, après le départ de Guy Verhofstadt de la scène politique belge, l'Open Vld n'avait jamais pris d'initiative pour soutenir concrètement cette idée. Après la prise de distance de Gwendolyn Rutten vis-à-vis du confédéralisme, le président de Groen Wouter Van Besien l'avait invitée à le rejoindre sur la piste de la circonscription fédérale.

La président de l'Open Vld a dit trouver sympathique l'idée de Groen, la proposition des écologistes étant la plus aboutie en la matière jusqu'ici. Cependant, la circonscription fédérale ne figure pas dans l'accord institutionnel (au CD&V et au PS, elle est soutenue par certaines personnalités mais rejetée par d'autres) et Gwendolyn Rutten a semblé vouloir désirer une pause institutionnelle. "Nous soutenons pleinement la sixième réforme de l'Etat mais les cinq prochaines années devront être entièrement consacrées à la crise économique et à la manière dont notre pays pourra aller de l'avant", a-t-elle dit.

Elle a précisé sa pensée alors que sa sortie sur le rejet du confédéralisme n'a pas fait que des heureux dans sa formation. "Je veux être claire. Le confédéralisme, c'est la fin du pays, or nous voulons sauvegarder la Belgique, et nous nous battrons pour une Flandre forte dans une Belgique fédérale", a-t-elle dit. Pour faire fonctionner cette Belgique fédérale, il importe de se pencher sur ce qui bloque les mécanismes, a ajouté Mme Rutten. La première chose que l'on fait aujourd'hui est de regarder si on est francophone ou néerlandophone. Ce n'est qu'ensuite qu'on détermine la politique qu'on veut mener, a-t-elle observé, ne cachant pas que cette manière de faire ne lui convenait pas, elle qui dit avoir plus d'affinités avec le MR qu'avec les autres partis flamands.

La présidente de l'Open Vld a souligné qu'elle travaillait à la définition d'une nouvelle trajectoire permettant de renouveler son parti. Il me revient en tant que présidente de fixer les grandes orientations, a-t-elle répondu aux critiques internes. Elle souhaite rassembler 15.000 personnes durant les cinq prochains mois dans le cadre de ce nouveau processus qui doit se clôturer par un congrès de parti au mois de novembre. "Il y a donc encore quelques turbulences à attendre dans les prochaines semaines et les prochains mois", a-t-elle prédit.

Nos partenaires