GSM au volant et port de ceinture : les bruxellois indisciplinés

16/08/10 à 08:16 - Mise à jour à 08:16

Source: Le Vif

Lors de deux contrôles routiers à Schaerbeek et Evere, la police locale de Bruxelles-Nord a dressé 82 procès-verbaux, sur les 112 automobilistes contrôlés, pour absence du port de la ceinture. Six conducteurs ont également été verbalisés pour défaut d'assurance, a indiqué dimanche le porte-parole de la police, Johan Verleye.

GSM au volant et port de ceinture : les bruxellois indisciplinés

© Thinkstock

Des barrages routiers ont d'abord été placés vendredi entre 15h00 et 22h00 le long de l'avenue Louis Bertrand et la place Collignon à Schaerbeek ainsi que dans la rue d'Evere à Evere. Au total, 26 véhicules ont été priés de se ranger sur le côté et 21 conducteurs se sont vus dresser un pv car ils ne portaient pas la ceinture. Sur les treize contrôles d'alcoolémie, quatre se sont révélés positifs. Un automobiliste ne possédait pas un permis de conduire en règle et un deuxième roulait sans assurance. Sur les cinq scooters contrôlés, un conducteur était en défaut d'assurance.

Des contrôles ont également été effectués samedi sur le boulevard Lambermont, la place Meiser et la place Terdelt à Schaerbeek ainsi que sur le square Hoedemaeckers à Evere. Quatre-vingt-six voitures, trois scooters et trois motos y ont été contrôlées. Soixante et un pv ont été dressés pour absence du port de la ceinture et 41 pour diverses infractions routières. Quatre véhicules roulaient en défaut d'assurance et deux automobilistes n'avaient pas immatriculé leur véhicule.

GSM au volant

Plus de 11.000 procès-verbaux et perceptions immédiates ont été rédigés durant les six premiers mois de l'année à Bruxelles à l'encontre d'automobilistes qui téléphonaient en conduisant dans cinq des six zones bruxelloises, selon des chiffres publiés par le quotidien La Capitale.

Les polices des zones Nord, Ouest, Midi, Bruxelles-Capitale-Ixelles et Montgomery ont rédigé durant les six premiers mois de l'année plus de 11.000 PV et perceptions immédiates, d'un montant de 100 euros, à l'encontre d'automobilistes qui ne respectaient pas l'interdiction d'utiliser un GSM au volant sans kit mains libres.

Selon l'Institut belge pour la sécurité routière (IBSR), qui vient de lancer une campagne sur l'usage du téléphone portable au volant, deux Belges sur trois téléphonent en conduisant.

Un comportement qui n'a pas évolué ces dernières années, explique le commissaire divisionnaire Thierry Vandenhoute, qui dirige la section trafic de la police de Bruxelles-Capitale-Ixelles.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires