Grogne au SPF Finances - Des actions de zèle pourraient également cibler le portail Tax-on-web

25/05/16 à 15:35 - Mise à jour à 15:35

Source: Belga

(Belga) Les syndicats des Finances menacent de mener des actions de zèle à l'encontre du service en ligne tax-on web, à l'aide duquel les contribuables belges enregistrent leur déclaration fiscale pendant le mois de juin. Les syndicats entendent de la sorte mettre la pression sur le ministre Van Overtveldt. Ils dénoncent le manque d'effectifs au sein de l'administration.

Grogne au SPF Finances - Des actions de zèle pourraient également cibler le portail Tax-on-web

Grogne au SPF Finances - Des actions de zèle pourraient également cibler le portail Tax-on-web © BELGA

Des actions de zèle ont débuté en douceur mercredi matin dans les aéroports régionaux de Bierset (Liège) et Gosselies (Charleroi). Il s'agit des premières actions sporadiques d'un mouvement de grogne "qui va aller crescendo" jusqu'au 30 juin, a prévenu Aubry Mairiaux, responsable de l'UNSP, l'organisation syndicale apolitique du secteur Finances. Les syndicats attendent une réponse du ministre quant au manque d'effectifs dont souffre l'administration des Finances. S'ils ne reçoivent aucune réponse d'ici à mercredi, les syndicats menacent d'étendre leurs actions de zèle au service Tax-on-web. "Le scénario des actions est fin prêt", a averti Stefaan Slagmuylder du syndicat libre de la fonction publique VSOA (SLFP). Le mécontentement du personnel des Finances est important, a renchéri Kurt Mattelaere de l'UNSP. "Ce n'est pas dans nos habitudes de mener des actions, mais ça suffit", explique-t-il. Sur 10 ans de temps, le nombre d'effectifs a été réduit de 25%. Les syndicats exigent dès lors que cette diminution cesse et que des investissements soient réalisés. "Il faut commencer par investir sérieusement dans le matériel. Au services des douanes, ça fait plus de trois ans qu'ils attendent pour un équipement de moto", indique Kurt Mattelaere. La réduction du nombre d'effectifs est tellement importante que cela commence à avoir des répercussions sur les rentrées fiscales de l'Etat. "Le personnel qui s'occupe du contrôle est en baisse de manière drastique, surtout dans les sièges de Bruxelles et d'Anvers", souligne Stefaan Slagmuylder (VSOA). (Belga)

Nos partenaires