Groen s'interroge sur le nombre de jeunes passant la nuit en cellule par manque de places

13/06/16 à 12:08 - Mise à jour à 12:08

Source: Belga

(Belga) Personne ne semble pouvoir fournir de chiffres concernant les jeunes qui doivent parfois passer la nuit dans des cellules de police par manque de places dans les centres d'accueil d'urgence au nord du pays, ressort-il de diverses questions parlementaires posées par Groen. "C'est révoltant", soutient la députée flamande Elke Van den Brandt.

De plus en plus de jeunes doivent passer la nuit en cellule par manque de capacité dans les centres d'accueil. Mais leur nombre n'est pas clairement défini. Pour Jo Vandeurzen, ministre flamand du Bien-être, le recensement du nombre de ces jeunes est du ressort des Affaires intérieurs et de la Justice, a-t-il indiqué en réponse à une question d'Elke Van den Brandt. Le député fédéral Stefaan Van Hecke (Groen) a donc posé la question aux ministres en charge de l'Intérieur et de la Justice, manifestement incapables de répondre. Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon précise que les chiffres demandés ne peuvent être extraits de la Banque de données nationale générale de la police (BNG). "Etant donné que c'est un magistrat compétent qui doit demander à la police d'héberger un jeune pour la nuit, cela tombe sous les compétences de mon collègue Koen Geens, ministre de la Justice." Ce dernier confirme seulement qu'aucun mineur n'est concerné (à l'exception de jeunes entre 16 et 18 ans qui sont remis entre les mains d'un juge de la jeunesse). Groen déplore que les ministres se renvoient la balle. "C'est révoltant. A chaque fois que les journaux soulèvent ce problème, les ministres font des promesses. Mais même la première étape envisagée, à savoir la mise en place d'un monitoring, ne s'est pas encore concrétisée." (Belga)

Nos partenaires