Live Grève tournante: Les syndicats se félicitent du mouvement dans les différents secteurs

24/11/14 à 06:40 - Mise à jour à 15:46

La première grève tournante en front commun syndical a lieu ce lundi 24 novembre. Le Luxembourg et le Hainaut sont particulièrement touchés en Wallonie, tandis que ce sont les provinces d'Anvers et le Limbourg qui en pâtiront le plus côté flamand. Le point en direct sur l'évolution de la situation.

Grève tournante: Les syndicats se félicitent du mouvement dans les différents secteurs

© Belga

  • Les syndicats se félicitent du mouvement dans les différents secteurs

    Les syndicats se félicitaient lundi de la mobilisation dans les différents secteurs d'activité pour ce premier jour de grèves tournantes, qui touchent les provinces d'Anvers, de Limbourg, de Luxembourg et de Hainaut. Tous les domaines connaissaient des perturbations, celui des transports notamment enregistrant des difficultés dans l'ensemble du pays.

    Pour le front commun syndical FGTB-CSC-CGSLB, le mouvement a été parfaitement suivi dans la région de Charleroi. Même son de cloche à la CSC bâtiment - industrie & énergie qui qualifie de "réussite" la première action de lundi dans les quatre provinces. Le syndicat chrétien appelle à une "véritable" concertation sociale.

  • Vincent genot

    Plusieurs altercations à l'entrée de certains sites en Flandre

    Plusieurs confrontations ont eu lieu lundi matin à l'entrée d'entreprises entre militants syndicaux d'une part et travailleurs volontaires ou membres de la direction d'autre part. Chez Ineos à Zwijndrecht (province d'Anvers), la police a été sollicitée pour aider quelques travailleurs à franchir un barrage syndical.

    Dans le Limbourg, des confrontations ont aussi été observées à l'entrée des entreprises Bandag (Dilsen-Stokkem), Rajapack (Tongres), mais aussi à Genk (Transportlaan) et Houthalen (Centrum-Zuid).

  • Vincent genot

    Piquet de grève chez NLMK, à La Louvière

  • Vincent genot

    "Une grève réussie à Charleroi et Sud Hainaut" (front commun)

    Le front commun syndical FGTB-CSC-CGSLB a fait le point en fin de matinée lundi sur la grève dans la région de Charleroi. Pour les trois syndicats, le mouvement a été parfaitement suivi, sans incident.

    C'est la première fois, font-ils remarquer, qu'un "quartier général" commun est mis en place, ce qui a permis de mieux coordonner les actions, et notamment de faire circuler les piquets des trois organisations où cela s'avérait nécessaire. Ils évaluent à 3.000 le nombre de participants à ces piquets. Tant la ville de Charleroi que sa région et le Sud Hainaut sont à l'arrêt depuis les premières heures: SNCB et TEC n'ont pas circulé, l'aéroport connaît des perturbations dues à la présence de filtrages aux ronds-points d'accès. L'enseignement est également à l'arrêt, mais l'accueil est assuré, indiquent les syndicats.

  • "Sans préjudice pour les entreprises, ce genre d'actions n'a pas de sens"

    "Le but de notre grève est de nuire aux entreprises, sinon ce genre d'actions n'a pas de sens. Le gouvernement a écouté la FEB et consorts. Le gouvernement Michel accomplit ce que les entreprises ont demandé" affirme le secrétaire de la FGTB Patrick Lodewijckx.

  • Vincent genot

    Manifestation à Tournai pour dénoncer "l'enterrement des services publics"

    Entre 400 et 450 militants et délégués de la CGSP du Hainaut occidental se sont rassemblés lundi matin devant la gare de Tournai. Cette manifestation, qui a débuté à 10h30, s'inscrivait dans le cadre du premier jour de grèves tournantes.

  • "Nous ne faisons pas la grève contre les entreprises, mais contre les mesures d'économie du gouvernement"

    La plupart des grévistes aux abords du port d'Anvers sont très calmes. L'un d'entre eux déclare qu'ils ne s'en prennent pas aux entreprises, mais aux mesures du gouvernement. Belga mentionne que la majorité d'entre eux ont obéi à l'injonction des responsables syndicaux de ne pas boire l'alcool. Quelques rares ouvriers ont une canette de bière à la main.

  • Vincent genot

    Port Anvers: les syndicats encouragent les militants à ne pas consommer d'alcool

    L'ambiance était bon enfant lundi matin aux alentours des piquets de grève au port d'Anvers. Aux grands terminaux, des petits groupes d'ouvriers s'assuraient que personne ne prenait le travail. Aucune personne souhaitant travailler n'a de toute façon été aperçue. Seuls quelques conducteurs de poids lourd ont dû faire machine arrière.

    Plusieurs dizaines de dockers, secrétaires et délégués syndicaux veillaient au calme auprès de chaque piquet. "Nous sommes ici depuis 4h30, chez Katoen Natie, une entreprise symbole pour les travailleurs portuaires", a expliqué le délégué Bart Pierré. Les ouvriers présents respectaient jusqu'ici le mot d'ordre lancé par les responsables syndicaux de ne pas consommer d'alcool. Seul l'un ou l'autre avait une cannette de bière à la main. Cette demande émise par les responsables fait notamment suite à la situation chaotique observée dans les rues de Bruxelles lors de la manifestation nationale du 6 novembre.

  • Caroline Lallemand

    Travail à l'arrêt chez Ford Genk et ses fournisseurs

    Plusieurs militants syndicaux ont distribué devant la porte principale de l'usine Ford à Genk et aux carrefours proches du site, des tracts invitant à manifester le 15 décembre. Les personnes qui voulaient commencer le travail n'étaient pas empêchées mais ont été rapidement contraintes de rentrer chez elles en raison d'un manque d'effectifs. Les travailleurs de la fabrique automobile ont ainsi pris part au mouvement syndical provincial dénonçant l'accord de gouvernement. L'activité n'a pas repris à 6h00 sur le site de Ford Genk dont la fermeture définitive est prévue pour la fin de cette année. Seules quelques centaines de personnes resteront une année de plus pour effectuer le démantèlement de l'usine limbourgeoise. Les fournisseurs étaient à l'arrêt également lundi matin. D'autres entreprises limbourgeoises étaient bloquées comme Aperam et la centrale énergétique de Langerlo.

  • Céline Bouckaert

    La maison de Bart De Wever protégée par la police

    La police est massivement présente à Anvers, où l'on craint des troubles depuis la confrontation entre certains manifestants et la police le 6 novembre à Bruxelles. La maison du bourgmestre Bart De Wever fait également l'objet d'une protection policière.

  • Vincent genot

    Tensions entre grévistes et travailleurs à Heist-op-den-Berg

    La tension est montée entre des grévistes et des personnes voulant prendre le travail lundi matin à la centrale de béton Michiels à Heist-op-den-Berg (province d'Anvers). Quelques travailleurs volontaires ont tenté de forcer le piquet de grève placé devant l'entrée de l'entreprise par les militants syndicaux. Ils sont arrivés avec un bulldozer et un camion face au piquet, mais les militants ont commencé à grimper sur les véhicules et à injurier les volontaires. Quelques personnes ont été légèrement blessées.

  • Céline Bouckaert

    La Voka place une annonce étonnante dans Het Belang van Limburg

    La fédération patronale flamande Voka place une annonce dans le quotidien Het Belang van Limburg pour soutenir les personnes qui ne participent pas à la grève provinciale d'aujourd'hui: "Merci maman et papa et tous les gens qui travaillent aujourd'hui et construisent mon avenir".

  • Caroline Lallemand

    Une heure de plus pour rejoindre Bruxelles en voiture, "on roule comme un dimanche sur le ring d'Anvers"

    Les automobilistes qui voulaient rejoindre Bruxelles lundi matin devaient compter une heure de plus sur leur temps de parcours habituel, au départ de Mons, Gand et Namur notamment. La situation est nettement moins chaotique que prévu à Anvers "où on roule comme un dimanche sur le ring", selon un porte-parole du Centre flamand du trafic. Le calme régnant sur le ring anversois s'explique par la faible activité dans le port lundi. A Willebroek par contre, le carrefour A12/N16 était fort encombré en raisons de piquets présents devant certaines entreprises. Sur l'ensemble du réseau routier, un pic de près de 280 kilomètres de bouchons a été observé vers 8h30, conforme aux prévisions émises par Touring Mobilis qui misait sur 270 kilomètres cumulés pour les heures de pointe du matin.

  • Caroline Lallemand

    La grève au port d'Anvers en image

    _

    _ © BELGA

  • Caroline Lallemand

    Des entreprises de Tournai et Lessines bloquées par les syndicats

    Des piquets de grève bloquent les entreprises du bassin carrier du Tournaisis et le zoning industriel de Lessines. Sont concernées les entreprises Holcim, CCB et SCT à Gaurain (Tournai) ainsi que les usines CBR, CUP et Hoganas à Antoing. A Lessines, le zoning industriel est totalement bloqué. La société Baxter (Lessines), tant le dispatching que la production, est également fermée. A Mouscron, le CHM (centre hospitalier) travaille en service minimum. Le CHWAPI de Tournai (centre hospitalier de Wallonie picarde), qui comprend quatre sites, n'est pas concerné par cette grève. Des piquets de grève étaient également présents devant les ASBL des Mutualités socialistes à Tournai ainsi que devant les écoles libres (collèges St-Union et collège Notre-Dame de la tombe à Kain-Tournai) et les Trieux à Leers-Nord (Estaimpuis). D'autre part, aucun bus n'est sorti des dépôts TEC de Tournai qui assure les lignes dans le Tournaisis, ainsi que vers Mouscron et Ath. Enfin, des piquets sont présents devant les gares de Tournai, Ath et Mouscron.

Nos partenaires