Grève des services publics : la CSC a prévu des cars vers Bruxelles, la CGSP privilégiera les actions en Wallonie

30/05/16 à 18:06 - Mise à jour à 19:00

Source: Belga

Les cheminots étant en grève mardi, la CSC a prévu des cars pour acheminer les manifestants jusqu'à Bruxelles, a indiqué lundi Alphonse Vanderhaeghe, vice-président de la CSC Services publics.

Grève des services publics : la CSC a prévu des cars vers Bruxelles, la CGSP privilégiera les actions en Wallonie

© Belga

La CGSP, seul syndicat à appeler à coupler la manifestation à une grève de tous les services publics, privilégiera pour sa part les actions en province, selon Michel Meyer, président fédéral de la CGSP. La manifestation dans les rues de Bruxelles devrait donc attirer un peu moins de monde que prévu initialement.

La CSC, la FGTB et la CGSLB avaient annoncé début mai en front commun un plan d'action contre les mesures d'austérité du gouvernement fédéral. Y figurait notamment l'organisation d'une manifestation en soutien aux services publics ce mardi 31 mai. Mais, jeudi dernier, l'interrégionale wallonne de la Centrale générale des Services publics (CGSP, l'une des centrales de la FGTB) a appelé tous ses affiliés à faire grève le 31 mai, et à "poursuivre le mouvement jusqu'à la chute du gouvernement". La veille, la CGSP Cheminots avait déjà annoncé une grève totale du rail.

L'appel de la CGSP wallonne a fait couler beaucoup d'encre dans les rangs syndicaux, à commencer au sein même de la FGTB. L'ACOD, homologue flamand de la CGSP, soutient la grève des chemins de fer ce mardi, mais pas de l'ensemble des secteurs publics. La centrale flamande a toutefois prévu des actions à Gand pour défendre les services publics et tous les militants qui y participeront seront couverts par un préavis de grève.

L'interrégionale bruxelloise de la CGSP, elle, s'est ralliée à l'appel à la grève. "Une partie de nos affiliés se rendra à la manifestation à Bruxelles, mais la plupart seront à Wavre pour une action dans la ville du Premier ministre", a confirmé lundi Rudy Janssens, secrétaire régional de la CGSP. "On attend entre 600 et 1.000 personnes à Wavre. Environ 330 personnes partiront en car depuis Bruxelles, donc en ce compris des Flamands", précise-t-il. "Avec le gouvernement bruxellois, on arrive à parler. C'est avec le gouvernement fédéral que nous avons un problème", ajoute-t-il.

La CGSP prévoit également des actions à Liège, Namur, Mons et Charleroi. Le syndicat n'a prévu aucun moyen de transport pour aider ses affiliés à se rendre à Bruxelles car il privilégiera les actions dans les différentes provinces du pays, a expliqué son président fédéral.

Le syndicat libre de la fonction publique (SLFP), qui soutenait initialement la manifestation à Bruxelles, ne le fait plus que du bout des lèvres. Vendredi, il l'a présentée comme "un rendez-vous manqué", alors que la grève des cheminots "hypothèque grandement l'organisation de cette action" et que d'autres actions sont prévues ailleurs.

Bref, la CSC devrait fournir le gros des troupes à Bruxelles, environ 10.000 personnes d'après Alphonse Vanderhaeghe. "Nous avons prévu des cars pour pallier l'absence de trains, j'ignore encore combien", a-t-il indiqué. "On attend quand même plusieurs milliers d'affiliés, de la CSC Services publics mais aussi de la CSC Transcom et de la CSC Enseignement."

La manifestants se réuniront dès 09h00 sur le boulevard roi Albert II (gare du Nord). Le cortège démarrera à 11h00 et empruntera le boulevard du Jardin Botanique, la porte de Schaerbeek, le boulevard Bishoffsheim, le boulevard du Régent jusqu'à la porte de Namur, la rue de Namur, la place Royale, la rue Montagne de la Cour, Coudenberg et le Mont des Arts. Il se terminera place de l'Albertine.

Fonctionnaires, personnel de l'enseignement, policiers, accompagnateurs de train, personnel soignant ou encore facteurs se feront particulièrement entendre devant les cabinets ministériels situés le long de leur parcours. Les syndicats entendent protester contre les coupes dans les services publics et l'attitude du gouvernement fédéral, "sourd" face à leurs revendications.

Nos partenaires