Grève dans les prisons - Les syndicats néerlandophones et le syndicat libéral francophone ont signé l'accord

30/05/16 à 18:33 - Mise à jour à 18:33

Source: Belga

(Belga) Après 35 jours de grève, quatre syndicats sur les six en négociation ont signé lundi l'accord proposé par le ministre de la Justice Koen Geens mercredi dernier. Les trois syndicats néerlandophones et le syndicat libéral francophone se distancient donc de la CGSP et de la CSC, qui ont rejeté l'accord. Le ministre a souligné la bonne concertation et laisse sa porte ouverte aux deux syndicats francophones.

Grève dans les prisons - Les syndicats néerlandophones et le syndicat libéral francophone ont signé l'accord

Grève dans les prisons - Les syndicats néerlandophones et le syndicat libéral francophone ont signé l'accord © BELGA

Le protocole d'accord comprend notamment l'engagement de 480 statutaires supplémentaires dont 386 agents pénitentiaires, soit 75 de plus que dans le protocole conclu le 6 mai dernier mais rejeté par les francophones. Ainsi, d'ici 2016, chaque agent sur le départ sera remplacé jusqu'à ce que le cadre atteigne 7.075 équivalents temps plein contre 7.241 en 2014. L'accord, qui comprend aussi des mesures pour lutter contre la surpopulation et des travaux infrastructurels, sera mis immédiatement à exécution, a prévenu Koen Geens. "Dans les prisons où la grève continuerait, je ferai tout pour soulager les détenus et le personnel présent, c'est-à-dire les policiers, les militaires et la protection civile". Selon les statistiques du syndicat socialiste CGSP, 94,7% des agents francophones en moyenne ont rejeté l'accord parce qu'il ne supprime pas la rationalisation voulue par le ministre de la Justice, Koen Geens mais également parce que le cadre renforcé proposé n'est valable que pour un an et demi. Les prisons notamment d'Andenne, de Dinant, de Tournai ou encore de Forest en font partie. (Belga)

Nos partenaires