Grève dans les prisons - Le travail reprendra lundi à la prison de Mons, la sécurité reste un problème

17/06/16 à 17:15 - Mise à jour à 17:15

Source: Belga

(Belga) L'assemblée générale du personnel de la prison de Mons a décidé, vendredi après-midi, de reprendre le travail lundi dès 6h10 du matin. Une reprise progressive pourrait cependant déjà s'effectuer pendant le week-end. Un comité de concertation extraordinaire a, par ailleurs, été programmé mercredi matin. Il y sera question de la sécurité à l'intérieur de la prison.

Grève dans les prisons - Le travail reprendra lundi à la prison de Mons, la sécurité reste un problème

Grève dans les prisons - Le travail reprendra lundi à la prison de Mons, la sécurité reste un problème © BELGA

La grève lancée le 26 avril dernier par le personnel pénitentiaire de la prison de Mons prendra fin lundi matin. L'assemblée générale des travailleurs a voté, vendredi après-midi, pour la reprise du travail. Depuis une semaine, les revendications du personnel pointaient du doigt le manque de personnel et de sécurité à l'intérieur de l'établissement pénitentiaire. "Les travailleurs ont décidé de reprendre le travail officiellement dès lundi à la pause de 6h10", a indiqué Michel Strady de la CGSP. Le travail pourrait toutefois déjà reprendre progressivement pendant le week-end. Un comité de concertation extraordinaire avec la direction a par ailleurs été programmé mercredi à 10h00. Il y sera question de la sécurité à l'intérieur de la prison "que nous estimons tout à fait insuffisante". "Il a d'ailleurs été décidé que, tant que le planning de travail n'est pas assuré complètement en début de poste pour causes de congé ou de maladie par exemple, les agents presteront en service minimum. Nous voulons ainsi prouver l'impossibilité de fonctionner en l'état dans la sécurité, sans renfort en personnel", a souligné M. Strady. Le cadre de la prison de Mons est actuellement fixé à 237 agents mais l'établissement fonctionne avec seulement 216 d'entre eux. "C'est déjà très limite avec le personnel actuel et la réforme veut nous réduire à 208, ce qui est tout bonnement impensable en termes de sécurité des travailleurs. Nous voulons que nos revendications, qui seront communiquées mercredi à la direction, soient relayées au fédéral." (Belga)

Nos partenaires