Greenpeace se bat pour la planète depuis 45 ans

14/09/16 à 17:11 - Mise à jour à 17:11

Source: Belga

(Belga) L'organisation de protection de l'environnement Greenpeace soufflera ses 45 bougies jeudi. Née d'un petit groupe d'activistes qui s'est mobilisé le 15 septembre 1971 pour s'opposer aux essais nucléaires menés par le gouvernement américain en Alaska, Greenpeace emploie désormais 2.600 personnes dans 55 pays et 26 bureaux régionaux et nationaux.

Greenpeace se bat pour la planète depuis 45 ans

Greenpeace se bat pour la planète depuis 45 ans © BELGA

Tout a débuté avec une manifestation contre des essais nucléaires menés par les Etats-Unis. "L'idée était d'aller en bateau près de l'endroit où les tests devaient être réalisés. De cette façon, si ces tests étaient menés à bien, ils mettaient en danger des vies humaines", explique Thomas Leroy, attaché de presse de Greenpeace Belgique. "Finalement, le groupe n'a jamais pu arriver à bon port. Le test a bien eu lieu mais ce fut le dernier". Le grand retentissement médiatique et le financement de l'achat du bateau grâce aux dons a transformé la manifestation en l'établissement d'une réelle organisation. Greenpeace a depuis évolué mais elle a gardé ses principes fondateurs. Elle ne fonctionne que grâce à des dons issus de plus de trois millions de personnes dans le monde et ne reçoit aucun financement ou subside. "Nos valeurs restent les mêmes: (...) nous cherchons à protéger la planète et toute sa biodiversité, à promouvoir la paix et la non-violence et à mettre fin aux dangers du nucléaire", explique Vincent De Brouwer, directeur de Greenpeace Belgique. Désormais, le combat s'articule autour de la lutte contre le réchauffement climatique. L'accord de Paris a d'ailleurs ouvert une nouvelle ère, souligne Vincent De Brouwer qui déplore que le gouvernement belge reste à la traîne en matière de transition énergétique. Alors que la Chine et les Etats-Unis ont signé les accords de la Cop 21, ainsi que le Brésil, "la Belgique, et l'Union européenne, elles, n'ont encore rien signé. Il y a pourtant urgence (...). Qu'attendent donc la Belgique et l'UE ?", se demande-t-il. (Belga)

Nos partenaires