Graves dysfonctionnements à la société de développement de la Région bruxelloise

28/11/16 à 11:49 - Mise à jour à 11:52

Source: Belga

(Belga) La Cour des comptes a rendu un rapport assassin pour la société de développement de la Région bruxelloise (ex-SDRB, citydev.brussels), relevant "diverses anomalies et irrégularités", en particulier en matière de recrutement et d'octroi de primes diverses.

La SDRB ne dispose pas de réserve de recrutement, observe la Cour, et engage, au fur et à mesure des besoins, principalement des contractuels, dont le taux atteint 35% de l'effectif total. Des engagements ont parfois été effectués sur la seule base de "candidatures spontanées récentes", sans diffuser d'avis de vacances d'emploi, ce qui constitue une "rupture d'égalité entre les candidats potentiels". En outre, un candidat à un emploi au rang d'expert a été recruté "sans être titulaire du diplôme requis" et des agents engagés au niveau B ont été promus au niveau A par "simple avenant à leur contrat lorsqu'ils ont obtenu un titre universitaire, après modification du profil de leur fonction". Par ailleurs, la SDRB attribue de nombreuses primes à son personnel. Une prime dite de direction, octroyée à tous les agents exerçant une fonction d'encadrement, a, en 2015, été allouée à 28 agents, ce qui représente "une moyenne d'un agent d'encadrement pour 3,5 agents". Plusieurs directions constituées d'un seul département sont dirigées à la fois par un directeur et par un chef de département, note la Cour. "Il y a même une direction dans laquelle un chef de département a un seul agent à tiers-temps sous ses ordres". (Belga)

Nos partenaires