Gouvernement : "on rouvre le musée des horreurs. De Wever en est le conservateur en chef"

12/10/14 à 18:18 - Mise à jour à 13/10/14 à 10:32

Source: Belga

"Jusqu'ici, notre modèle social-démocrate n'avait pas subi de révolution à la Margaret Thatcher ou à la Ronald Reagan, où l'on prend aux pauvres pour donner aux riches", a affirmé dimanche le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte, à propos du nouveau gouvernement fédéral.

Gouvernement :  "on rouvre le musée des horreurs. De Wever en est le conservateur en chef"

© Rudy Demotte, ministre-président de la Région wallonne.

Dans un discours à la tonalité alarmiste, il a jugé que c'était la première fois que l'avenir de la Belgique était "aussi incertain", et s'est dit "inquiet pour les plus fragiles" en évoquant le saut d'index, l'augmentation de l'âge de la pension et l'augmentation de la TVA et des accises sur le diesel. "Il y a bien eu des tentatives sous les gouvernements Martens-Gol, avec pour prix des années de galère pour récupérer les dégâts économiques et sociaux. Aujourd'hui, on rouvre le musée des horreurs, et le bourgmestre d'Anvers (le président de la N-VA Bart De Wever, ndlr) en est le conservateur en chef", a lancé M. Demotte. Plus qu'un black out énergétique, il a dit craindre le black out social et économique voire, "au bout du compte, un black out institutionnel".

En savoir plus sur:

Nos partenaires