Glyphosate - Le glyphosate, une substance à la nocivité controversée

27/11/17 à 16:51 - Mise à jour à 16:52

Source: Belga

(Belga) Le glyphosate, dont les Etats membres de l'Union européenne viennent d'approuver l'autorisation pour cinq ans, est une substance active - utilisée dans des herbicides - dont la nocivité est controversée. Classée "probablement cancérigène" par un organisme de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), elle a aussi fait l'objet d'études plus favorables, dont certaines pourraient cependant avoir été influencées par Monsanto, le géant de la chimie qui en utilise dans son Roundup.

Le glyphosate est utilisé depuis plus de quarante ans comme herbicide dans l'agriculture traditionnelle. Développé par Monsanto et présent dans son produit phare Roundup, le glyphosate a vu son brevet passer dans le domaine public au début des années 2000. Les questions sur sa nocivité ont atteint un point culminant quand, en 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), un organe dépendant de l'Organisation Mondiale de la Santé, a estimé que le glyphosate était "probablement cancérigène" pour l'homme. Dans le même temps, les Agences européennes de la chaîne alimentaire (EFSA) et des produits chimiques (ECHA) estimaient quant à elles qu'on ne pouvait pas conclure au caractère cancérigène du glyphosate, ouvrant ainsi la voie au renouvellement de son autorisation. Mais plusieurs organisations ont reproché aux deux agences d'avoir basé leurs analyses sur des études positives financées - et donc influencées - par Monsanto. Des fuites de documents provenant du géant américain montrent, selon ces organisations, les différentes techniques - lobbying, ghostwriting (écrire des études qui sont ensuite signées par des scientifiques renommés contre rémunération) - utilisées par l'entreprise pour présenter son produit phare sous un jour bien plus positif que ce qu'il en est réellement. Des citoyens européens se sont mobilisés pour réclamer l'interdiction du glyphosate: ils ont réuni plus d'un million de signatures en quelques mois en faveur de leur initiative citoyenne européenne sur le sujet. Les eurodéputés ont également réclamé l'interdiction du glyphosate d'ici décembre 2020, avec dans l'intervalle une limitation progressive de la substance. Lundi, les Etats membres ont choisi à une très courte majorité - 65,7% - d'autoriser sans conditions le renouvellement du glyphosate pour cinq ans. La Belgique a voté contre. (Belga)

Nos partenaires