Galant: Le plan de modernisation du rail vise notamment à "corriger des anomalies"

06/01/16 à 08:35 - Mise à jour à 11:00

Source: Belga

Les syndicats font grève alors que les mesures décidées par les patrons de la SCNB qu'ils contestent visent à "rectifier des anomalies" et pas à changer le statut des travailleurs, a affirmé mercredi matin la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant aux micros de la RTBF et de Bel RTL.

Galant: Le plan de modernisation du rail vise notamment à "corriger des anomalies"

© Belga

"Est-ce qu'on défend des acquis ou est-ce qu'on défend la qualité du service aux clients? ", s'est-elle interrogée, rappelant les nombreuses critiques dont font l'objet les chemins de fer en matière de propreté, de ponctualité ou de fréquences. "On n'obtient rien en étant dans la rue", a-t-elle asséné sur Bel RTL, précisant que la concertation devait se faire au niveau de l'entreprise.

Pour le ministre de l'Emploi, Kris Peeters, il y a encore beaucoup à discuter dans le plan de réformes. "Le plan fixe une série de lignes de force très importantes, sur lesquelles le gouvernement a délibéré et que la direction doit mettre en oeuvre. Mais il reste tellement à décider que les syndicats devraient se saisir à deux mains de cette concertation pour assurer à leurs gens que des accords clairs soient conclus", a-t-il indiqué sur les ondes de la VRT.

La ministre de la Mobilité a refusé de donner un nombre précis de réduction des effectifs. "Ce n'est pas une question de travailleurs", a-t-elle évacué. "Ici, on a décidé de rectifier des anomalies dans le fonctionnement, on ne touche pas au statut des travailleurs. C'est normal qu'il y ait des modernisations. Il ne faut pas s'attarder sur des chiffres."

Jacqueline Galant souligne par ailleurs que "le management doit aussi se remettre en question", car il a "une mentalité assez ancienne" et il n'y a pas "aujourd'hui une gestion dynamique et moderne" à la SNCB. "L'objectif du plan de modernisation du rail est également de se préparer à la libéralisation. "C'est dans dix ans, et dix ans, c'est très court! ", a-t-elle pointé.

La ministre n'a pas exclu des augmentations de prix, pointant là aussi "des discordances, des anomalies par rapport aux tarifs".

Le fait que la grève de deux jours ait été maintenue en Wallonie tandis que les syndicats flamands renonçaient à leur préavis est "regrettable parce que les syndicats donnent des arguments pour une régionalisation du rail", a-t-elle estimé. La régionalisation du rail "est revenue plusieurs fois sur la table lors des négociations gouvernementales, mais il n'y avait pas le soutien politique nécessaire", a pour sa part commenté le ministre de l'Emploi. "N'y gaspillons pas d'énergie."

Enfin, le projet de service minimum, prévu dans l'accord de gouvernement, pourrait revenir dans le courant de l'année 2016. "Il y a des propositions en ce sens au Parlement", a rappelé Jacqueline Galant.

En savoir plus sur:

Nos partenaires