Gaia dénonce l'abattage sans étourdissement lors de la Fête du sacrifice

12/09/16 à 13:35 - Mise à jour à 13:35

Source: Belga

(Belga) L'association de défense des droits des animaux Gaia a mené une action lundi, à l'occasion de la fête musulmane du sacrifice, pour dénoncer l'abattoir modulaire agréé par la Région de Bruxelles-Capitale et réclamer la fin de l'abattage sans étourdissement. Selon l'association, l'abattoir est illégal et le sacrifice cause des "souffrances inhumaines" aux animaux.

Gaia dénonce l'abattage sans étourdissement lors de la Fête du sacrifice

Gaia dénonce l'abattage sans étourdissement lors de la Fête du sacrifice © BELGA

Les militants de Gaia se sont silencieusement réunis devant l'abattoir situé à proximité du marché matinal Mabru, à Bruxelles, munis d'une pancarte avec le message "Sorry" pour demander pardon aux animaux "au nom de l'humanité". L'association réclame une loi instaurant l'étourdissement obligatoire avant chaque abattage, même lors des fêtes rituelles. "La souffrance des animaux est réelle et dure plusieurs minutes", souligne le président de Gaia Michel Vandenbosch. "Les politiques refusent de faire évoluer une pratique religieuse archaïque." Gaia accuse par ailleurs le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale d'avoir contourné la loi en autorisant l'abattage sans étourdissement dans un abattoir temporaire. "L'Afsca a également donné son accord alors qu'il est impossible de répondre à toutes les exigences légales dans ce genre d'installation", ajoute Ann De Greef, directrice de l'association. "Nous avons mis en demeure la secrétaire d'Etat bruxelloise au Bien-être animal Bianca Debaets mais le gouvernement bruxellois continuer à autoriser des abattoirs illégaux." La législation européenne prévoit l'obligation d'étourdir les animaux avant l'abattage, sauf pour les rites religieux et à condition que l'abattage ait lieu dans une structure agréée. Les musulmans célèbrent ce lundi la Fête du sacrifice (ou Aïd al-Adha ou encore Aïd el-Kebir), qui rappelle la foi d'Abraham prêt à sacrifier son fils pour plaire à Dieu. A cette occasion, les musulmans tuent un animal - généralement un mouton - et le consomment autour d'un repas de famille. (Belga)

Nos partenaires