GAIA dénonce l'abattage rituel sans étourdissement et dérape

15/10/13 à 11:23 - Mise à jour à 11:23

Source: Le Vif

L'organisation de défense des animaux GAIA demande, à travers un spot audio, à changer la loi en faveur d'un étourdissement obligatoire avant chaque abattage, rituel y compris. Une campagne choc, à l'anthropomorphisme malsain.

GAIA dénonce l'abattage rituel sans étourdissement et dérape

© Image Globe

Ce 15 octobre a lieu la Fête du sacrifice, aussi nommée l'Aïd-el-Kébir, l'une des plus grandes fêtes de la religion musulmane. D'après le Coran, Abraham était appelé à sacrifier son fils, mais l'archange Gabriel a décidé d'échanger l'enfant par un mouton. Le jour de l'Aïd , en souvenir de ce geste de mansuétude, les musulmans sont invités à sacrifier un mouton. Lors de cet événement, des milliers de moutons sont donc abattus, sans étourdissement préalable, comme le demande l'abattage rituel.

L'organisation de défense des animaux interpelle le monde politique belge pour lui faire comprendre que, même dans le cadre de convictions religieuses, cette souffrance animale inutile n'est pas tolérable. GAIA a donc lancé une campagne radio dans laquelle un mouton témoigne de son transport vers le lieu d'abattage où il sera égorgé en pleine conscience. "Ce matin tôt, on dormait encore. C'est le claquement des portières qui m'a réveillé. Puis, ils se sont mis à nous crier dessus dans cette langue que personne ne comprend, en nous poussant dans un camion. En route, j'ai vite vu qu'on ne suivait pas le chemin de d'habitude, c'était plus long. Le camion a fini par s'arrêter devant un bâtiment froid, mais puant. On est tous entassés maintenant. Ça fout les jetons. Les cris, l'odeur et tout ce rouge qui coule par terre. Je sais bien comment tout cela va se finir"...

En écoutant ce spot, on ne peut s'empêcher de penser au discours d'un opposant arrêté par la police d'une dictature ou au récit d'un déporté décrivant la rafle qui va l'envoyer dans le camp d'extermination.

Cette comparaison, même si elle est implicite, est choquante. Personne n'ignore la souffrance animale. Peut-on pour autant tracer un parallèle entre l'abattoir et un appareil répressif qui a envoyé des millions d'humains à la mort ? Si la cause est bonne, les moyens sont mauvais et déforcent, encore une fois, le combat de GAIA.

En savoir plus sur:

Nos partenaires