Fusillade du Musée juif : vers une requalification terroriste

25/05/14 à 15:16 - Mise à jour à 15:16

Source: Le Vif

La justice n'a plus guère de doute sur l'origine terroriste de la tuerie du Musée juif de Belgique, rue des Minimes, à Bruxelles, qui a fait trois morts hier après-midi: un couple d'Israéliens d'une cinquantaine d'années, une Française et un employé du musée, mortellement touché à la tête. Fait inhabituel : le parquet fédéral demande explicitement la collaboration de la population en diffusant le portrait du suspect.

Fusillade du Musée juif : vers une requalification terroriste

© Belga

Car l'homme est armé, bien préparé et il s'est fondu, sans attirer l'attention dans les rues avoisinantes, dans le quartier des Marolles, au pied du palais de justice. Sa cible avait été soigneusement choisie car le musée juif de Belgique était l'un des rares lieux juifs non protégés et relativement peu fréquenté. Malgré l'animation habituelle du quartier, une veille d'élections de surcroît, la scène, terrible, n'a pas eu beaucoup de témoins. D'où la difficulté de l'enquête. Le tueur se serait présenté dans la cour d'entrée et se serait débarrassé d'un couple de touristes israéliens se trouvant sur son chemin avant de progresser vers sa cible, qui aurait pu être des membres du personnel du musée, à l'intérieur de celui-ci. Ses tirs ont visé la tête de ses victimes. Après cette exécution, il est ressorti du musée et a pris la fuite, apparemment, sans paniquer. La justice a très vite renoncé à la piste de l'Audi noire dont aurait débarqué le tueur, garée en double file dans cette rue très fréquentée et dont le conducteur avait été interpellé en soirée.

Il a été relâché et est passé du statut de "suspect" à celui de "témoin".Toutes les recherches se concentrent aujourd'hui sur le tueur, qu'il ne faut sans doute pas prendre, comme on l'avait fait trop vite avec Mohamed Merah, pour un "loup solitaire". Le contexte de terrorisme lié à la situation internationale reste déterminant dans l'analyse de cette tuerie. L'enquête, démarrée sous la qualification d'assassinat, pourrait rapidement être augmentée de l'intention terroriste. L'enquête a été confiée à la juge Berta Bernardo Mendez.

Marie-Cécile Royen

Nos partenaires