Fuites aux examens : une quinzaine d'établissements impliqués

08/07/15 à 16:12 - Mise à jour à 16:12

Source: Belga

Les services de l'inspection de l'enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles ont identifié pas moins d'une quinzaine d'établissements impliqués, à des degrés divers, dans les fuites des questionnaires des épreuves certificatives du CE1D et CESS le mois dernier.

Fuites aux examens : une quinzaine d'établissements impliqués

© istock

Après moins de trois semaines de travail, l'inspection a pu pister des responsabilités au sein d'une quinzaine d'établissements, essentiellement auprès de membres de direction issus de tous les réseaux d'enseignement, a-t-on appris mercredi d'une source proche du dossier.

Deux cas aggravés de violation du devoir de confidentialité ont d'ailleurs été identifiés dans deux écoles distinctes, l'une à Anderlecht, l'autre à Schaerbeek. Des sanctions disciplinaires devraient logiquement suivre dans les semaines ou mois à venir.

Ces fuites sur internet le mois dernier des questions des épreuves de sciences et de langues modernes du CE1D (organisé en fin de 2e secondaire) et de l'épreuve d'histoire du CESS (fin de 6e année) avaient contraint la ministre de l'Education, Joëlle Milquet (cdH), à annuler leur organisation, une décision sans précédent en Fédération.

Plusieurs dizaines de milliers d'élèves en Fédération étaient censés participer à ces épreuves annulées. Outre l'enquête administrative, une enquête judiciaire est toujours en cours suite au dépôt par la ministre d'une plainte au pénal contre X.

Cette enquête, en fonction de ses résultats, pourrait déboucher sur des inculpations pour pour vol ou recel de documents confidentiels, violation du secret professionnel ou encore violation du secret des correspondances.

Après les déboires rencontrés cette année, l'organisation de ces épreuves certificatives sera complètement révisée dès l'année prochaine. Une commission spéciale du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a été mise sur pied à cet effet pour identifier les faiblesses dans l'organisation actuelle des épreuves, et formuler, d'ici l'automne prochain, des propositions pour y remédier.

Nos partenaires