Frontex cherche à aider l'Italie à partager l'accueil de migrants avec d'autres pays

12/07/17 à 00:03 - Mise à jour à 00:06

Source: Belga

(Belga) Frontex et les pays membres de l'UE participant à l'opération Triton ont accepté mardi de modifier celle-ci en faveur de l'Italie, sans aller jusqu'à dire que les migrants recueillis en mer pourront débarquer dans les ports autres qu'italiens.

Frontex a annoncé à l'issue d'une rencontre technique tenue à Varsovie qu'un groupe de travail allait être créé immédiatement pour préparer un nouveau plan opérationnel de Triton. Ce plan sera ensuite soumis aux pays membres participants, précise un communiqué. Selon le plan en vigueur, c'est le pays-hôte de l'opération qui doit accueillir tous les migrants recueillis par les bateaux de Frontex. La même règle s'applique aux opérations gérées par la Grèce et l'Espagne. Au cours de la rencontre, "l'Italie a déclaré qu'en cas d'afflux massif de migrants, elle voudrait être en mesure de débarquer les migrants dans les ports des autres pays membres", précise l'agence européenne. "Tous les participants ont reconnu que l'Italie était confrontée à une pression extraordinaire et avait besoin d'un soutien supplémentaire de l'UE et de Frontex", souligne le communiqué. Depuis une semaine, l'Italie multiplie les appels à l'aide, exhortant ses partenaires européens à apporter une "contribution concrète" pour tenter d'endiguer les départs vers l'Europe de migrants et de mieux répartir sur le continent ceux qui sont secourus en mer. Le chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni, a prévenu vendredi que la capacité d'accueil des migrants en Italie n'était pas "illimitée". Au cours de la rencontre de mardi, Frontex et certains pays participants ont déclaré aussi vouloir partager leur expérience avec le groupe de travail pour élaborer un "code de conduite" pour les ONG participant aux opérations de secours. Ce code est demandé par l'Italie pour améliorer la collecte d'informations et la lutte contre les trafiquants. (Belga)

Nos partenaires