Francken signe l'accord de réadmission avec le Kazakhstan

02/03/15 à 15:05 - Mise à jour à 15:05

Source: Belga

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken, a annoncé lundi voir signé avec le Kazakhstan un accord de réadmission fixant les modalités pour identifier et renvoyer dans leur pays d'origine des ressortissants kazakhs en séjour illégal en Belgique.

Francken signe l'accord de réadmission avec le Kazakhstan

Theo Francken, secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration (N-VA) © BELGA/Eric Lalmand

Cet accord a été signé par M. Francken (N-VA) et le ministre kazakh des Affaires étrangères, Ieldar Idrissov, à l'aéroport de Bruxelles-National, peu avant le départ du secrétaire d'Etat pour le Kosovo.

Quelque 350 Kazakhs se sont vus signifier en 2013 un ordre de quitter le territoire, dont seuls 145 l'ont fait de manière volontaire ou forcée, a précisé le secrétaire d'Etat dans un communiqué.

"Quand seule la moitié des ressortissants d'un pays, aussi petit soit-il, part quand on leur en donne l'ordre, nous devons réagir (...) pour éviter un possible appel d'air", a expliqué M. Francken.

Le nouvel accord de réadmission doit permettre que la procédure d'identification et de rapatriement se déroule de la manière la plus efficiente possible". "C'est un signal clair que la seule bonne manière de venir séjourner dans notre pays c'est la (voie) légale", a souligné M. Francken.

Il s'est ensuite envolé pour une "mission de dissuasion" de trois jours au Kosovo. La Belgique et le jeune Etat balkanique ont conclu en 2011 un accord de réadmission, mais le nombre de demandes d'asile de Kosovars est reparti à la hausse, bien que les chances d'obtenir gain de cause soient "minimes".

En 2014, quelque 40 ressortissants kosovars demandaient l'asile en Belgique chaque mois. En janvier 2015, ce nombre est passé à 72 et à 92 en février. "Cette hausse est inquiétante", a souligné M. Francken qui souhaite se concerter avec les autorités de Prisitina sur la manière de consolider et de renforcer la lutte contre l'immigration illégale.

En savoir plus sur:

Nos partenaires