France: Sarkozy ciblé par ses concurrents à la primaire de droite lors d'un débat télévisé

04/11/16 à 01:15 - Mise à jour à 01:17

Source: Belga

(Belga) L'ancien président français Nicolas Sarkozy a été sous le feu des critiques des autres candidats à la primaire de droite lors d'un deuxième débat télévisé musclé jeudi, mis en cause pour sa politique migratoire et son exercice du pouvoir.

France: Sarkozy ciblé par ses concurrents à la primaire de droite lors d'un débat télévisé

France: Sarkozy ciblé par ses concurrents à la primaire de droite lors d'un débat télévisé © BELGA

L'enjeu de cette primaire est essentiel. Les sondages prédisent que son vainqueur aura toutes les chances de l'emporter au deuxième tour de l'élection présidentielle en mai face à la candidate du parti d'extrême droite Marine Le Pen, alors que la gauche paraît en plein marasme. Plus virulents que lors du premier débat, les échanges ont débuté sur la question de l'immigration, après le démantèlement de la "Jungle" de Calais, vaste bidonville dans le nord de la France, et avec la formation d'un camp de fortune à Paris où se concentrent des milliers de migrants. Plusieurs des sept candidats, six hommes et une femme, ont réclamé la dénonciation des accords bilatéraux du Touquet, qui placent sur le sol français la frontière franco-britannique, signés par Nicolas Sarkozy en 2003. "La plupart des migrants veulent aller en Angleterre. Il faut donc aller en Angleterre, voir (le Premier ministre) Theresa May et renégocier avec elle ces accords", a rétorqué l'ancien président de la République. Autre angle d'attaque, la manière de gouverner de Nicolas Sarkozy ou sa décision de se représenter après avoir été battu par le socialiste François Hollande en 2012. "Pour moi être présidente, ce n'est pas gesticuler sur l'actualité aux dépens du long terme", a ainsi glissé une ancienne de ses ministres, Nathalie Nathalie Kosciusko-Morizet. "Certains avaient fait la promesse de ne jamais se représenter s'ils étaient battus", a renchéri Bruno Le Maire. "Aucun ne m'a supplié de quitter le gouvernement", a ironisé M. Sarkozy face aux attaques de ses anciens ministres. Dans une pique indirecte au favori de cette première primaire de la droite, l'ancien Premier ministre Alain Juppé, âgé de 71 ans, Nicolas Sarkozy a assuré que s'il était élu en 2017, il ne se représenterait pas en 2022, à l'âge de 67 ans. L'ancien chef de l'Etat est actuellement donné perdant par les sondages dans cette primaire face à Alain Juppé, qui se présente comme la meilleure figure capable de rassembler les voix de la droite modérée, du centre et aussi des déçus du président socialiste François Hollande. Le maire de Bordeaux (sud-ouest) n'a pas hésité à agiter le chiffon rouge d'une victoire de l'extrême droite en 2022 en cas d'échec de la droite en 2017. Un troisième débat est prévu le 17 novembre avant le premier tour de la primaire, le 20 novembre. Un quatrième opposera les deux finalistes avant le second tour du 27 novembre. (Belga)

Nos partenaires