France: iTELE, un combat inédit pour l'indépendance, selon les journalistes de 17 médias

07/11/16 à 16:47 - Mise à jour à 16:50

Source: Belga

(Belga) Le conflit social à la chaîne iTÉLÉ, entré lundi dans sa quatrième semaine de grève, est "inédit" car ses journalistes se battent pour "leur indépendance" et pas pour des questions sociales, ont salué les sociétés de journalistes de plusieurs médias français.

France: iTELE, un combat inédit pour l'indépendance, selon les journalistes de 17 médias

France: iTELE, un combat inédit pour l'indépendance, selon les journalistes de 17 médias © BELGA

Il s'agit d'un "conflit inédit car il ne porte pas seulement sur des questions économiques et sociales, mais sur ce qui fonde la crédibilité du travail des journalistes: leur indépendance", ont déclaré les sociétés de journalistes (SDJ) de 17 médias français dans un texte publié lundi. Les salariés d'iTÉLÉ, qui ont voté lundi la reconduction de leur grève pour un 22e jour d'affilée d'arrêt de travail, continuent de réclamer une charte éthique, un projet stratégique et éditorial "clair" pour leur chaîne et le départ de l'animateur controversé Jean-Marc Morandini, mis en examen "pour corruption de mineur aggravée". "Nous, signataires de ce texte, dénoncerons toujours les défaites de l'information face aux intérêts des actionnaires qui investissent dans les entreprises de média. À ce titre, la crise que traverse la rédaction d'iTÉLÉ est exemplaire", estiment les journalistes. "Nous regrettons la manière dont les responsables de Canal+ jouent la montre, en espérant faire céder la rédaction d'iTÉLÉ sans jamais avoir tenté de créer les conditions d'un dialogue sur le projet éditorial contesté par les grévistes", accusent les signataires du texte. Ils demandent "aux pouvoirs publics, au CSA, à la direction d'iTÉLÉ et aux actionnaires de la chaîne d'accepter qu'une entreprise de presse et qu'un projet éditorial ne peuvent se développer sans l'adhésion de sa rédaction". Les signataires demandent également de "créer les conditions d'un dialogue et de trouver rapidement une issue à cette crise beaucoup trop longue pour les journalistes de la chaîne, ses téléspectateurs et toute la profession". Ce message de soutien aux salariés d'iTÉLÉ a été signé par les SDJ de RTL, BFMTV, France 2, France 24, franceinfo.fr, Libération, Le Monde, L'Humanité, Le Parisien-Aujourd'hui en France, Sud Ouest, Presse Océan, RFI, France Inter, Mediapart, Premières lignes production, TF1, de l'AFP et par le collectif Informer n'est pas un délit. (Belga)

Nos partenaires