France: deux hommes inculpés pour "viol en réunion" après la diffusion d'une vidéo

05/01/16 à 20:43 - Mise à jour à 20:43

Source: Belga

(Belga) Deux jeunes gens ont été mis en examen (inculpés) mardi en France pour "viol en réunion" après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant le viol par l'un d'entre eux, a-t-on appris de source judiciaire.

Les deux jeunes, âgés de 18 et 22 ans, avaient été interpellés deux jours plus tôt après avoir été identifiés sur cette vidéo violente. Le procureur de Perpignan a annoncé le placement en détention provisoire de ces "deux individus mis en examen dans l'affaire du viol en réunion suivi de la diffusion des images de ce viol sur les réseaux sociaux". La police était remontée jusqu'à eux après que des internautes, choqués, eurent signalé la vidéo, initalement publiée sur le site de messagerie instantanée Snapchat et relayée sur d'autres réseaux sociaux comme Facebook. Dans l'appartement qu'ils occupaient, les policiers avaient retrouvé la victime présumée, une jeune fille de 18 ans, en état d'ivresse. Les trois s'étaient retrouvés samedi soir pour, "selon leurs dires, faire la fête", a déclaré le procureur à la presse, relevant le "contexte d'alcoolisation" de la soirée. "A un moment donné, la jeune fille a subi des rapports sexuels qui ont été filmés avec un téléphone portable", puis diffusés sur les réseaux sociaux, a-t-il dit. Le procureur a précisé que "les expertises médicales, informatiques, toxicologiques et psychologiques" détermineraient si "ces relations ont été intégralement et librement consenties". La victime n'a pas déposé plainte "pour le moment", a-t-il dit. S'ils sont reconnus coupables, les jeunes encourent jusqu'à 20 ans de réclusion. La vidéo montre une relation sexuelle particulièrement brutale entre deux hommes et une femme. Le montage d'un peu moins de cinq minutes est accompagné de commentaires écrits dégradants sur la jeune femme. Le jeune homme de 22 ans mis en cause clame son innocence, a rapporté son avocate. Selon elle, les trois jeunes étaient "amis de longue date" et son client, qui est né et travaille dans le domaine social à Perpignan, considère la jeune femme "comme sa petite amie depuis 5 ans". "Il s'agit de libertinage, peut-être poussé", a-t-elle assuré. (Belga)

Nos partenaires