France: des affiches anti-migrants placardées par le maire de Béziers

12/10/16 à 11:03 - Mise à jour à 11:06

Source: Belga

(Belga) Des affiches montrant des hommes barbus assimilés à des envahisseurs ont été placardées mardi dans les rues de Béziers (sud de la France) par le maire d'extrême droite Robert Ménard qui s'oppose à l'ouverture par l'Etat d'un centre d'accueil pour demandeurs d'asile.

France: des affiches anti-migrants placardées par le maire de Béziers

France: des affiches anti-migrants placardées par le maire de Béziers © BELGA

"Ça y est ils arrivent... Les migrants dans notre centre-ville", peut-on lire sur ces affiches. La photo représente des hommes noirs ou basanés, barbus ou la tête couverte d'une capuche, massés devant la cathédrale de Béziers. Elle est surmontée de la phrase: "L'État nous les impose". Le gouvernement français, qui veut fermer le bidonville de Calais (nord) où s'entassent de 7.000 à 9.000 migrants, a entrepris l'ouverture de centres d'accueil de petite dimension répartis dans toute la France, en plus des structures destinées aux demandeurs d'asile déjà existantes. Si la plupart des centres s'ouvrent progressivement sans remous particulier, dans certaines communes l'initiative passe mal auprès des élus qui se plaignent de ne pas avoir été consultés, et de la population traumatisée par les attentats jihadistes qui ont frappé la France. Plusieurs centres ont fait l'objet de dégradations ou d'incendies avant même leur ouverture. Le maire de Béziers Robert Ménard, un électron libre élu en 2014 avec les voix du parti d'extrême droite Front National, est coutumier des polémiques et des provocations. Le 5 septembre il avait déclaré lors d'un débat télévisé qu'être Français c'est "être européen, blanc et catholique". Vendredi, Robert Ménard s'était insurgé contre l'ouverture d'un centre à Béziers alors que selon lui, "la municipalité travaille depuis deux ans pour redynamiser son centre-ville". Il a également annoncé son intention d'organiser un référendum dont l'intitulé de la question serait: "Approuvez-vous l'installation de nouveaux migrants, imposée par l'État, sans consultation du conseil municipal?". Ce type de consultation est illégal. (Belga)

Nos partenaires