Fouad Belkacem restera en prison

11/06/12 à 07:40 - Mise à jour à 07:40

Source: Le Vif

Fouad Belkacem, le porte-parole de Sharia4Belgium, restera encore au moins 6 mois en prison, a dit dimanche la ministre de la Justice Annemie Turtelboom sur une chaîne de télévision régionale anversoise. Il exécutera une peine à laquelle il a été condamné en avril 2011.

Fouad Belkacem restera en prison

© Belga

Fouad Belkacem a blessé en septembre 2009 plusieurs policiers qui voulaient l'appréhender alors qu'il participait à une manifestation contre
l'interdiction du foulard. Cela lui a valu une condamnation à 6 mois en avril 2011 dont pas un jour n'a été exécuté jusqu'à présent.

Le porte-parole de Sharia4Belgium a été arrêté il y a quelques jours pour avoir posté sur YouTube un film appelant à l'action violente afin de défendre l'honneur des musulmans après les incidents de Molenbeek.

Il comparaîtra mardi devant la chambre du conseil pour ces faits mais quelle que soit la décision, il restera donc en prison en raison de sa condamnation antérieure.

Mme Turtelboom a encore dit dimanche que la menace terroriste était aussi importante à Anvers, notamment dans le quartier juif. "Mais nous ne donnons pas beaucoup d'informations à ce sujet, car il ne faut pas donner des idées aux gens."

Traité comme un "monstre" ?

Après avoir fait grève dans la journée de dimanche, le mouvement social a pris fin dimanche soir à la prison d'Anvers. Le personnel a accueilli positivement la communication diffusée dimanche vers la presse et s'est dit satisfait, selon les syndicats.

Des déclarations dans la presse flamande des parents du porte-parole de Sharia4Belgium étaient à la base de ce mécontentement. Les parents de Fouad Belkacem prétendaient entre autres que leur fils était traité comme un "monstre" et qu'il était laissé sans nourriture et sans boisson.

Craignant que ce genre de rumeurs offre une fausse idée de la réalité aux sympathisants de Fouad Belkacem et rende ainsi la sécurité précaire dans et autour de l'établissement anversois, le personnel demandait aux autorités de démentir formellement ces accusations.

Les responsables de l'administration pénitentiaire se sont entre-temps exprimés en ce sens.

LeVif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires