Fouad Belkacem ne sera pas libéré dans l'immédiat

30/11/12 à 12:11 - Mise à jour à 12:11

Source: Le Vif

Fouad Belkacem, porte-parole du groupuscule démantelé Shariah4Belgium, va rester en prison encore quelque temps. Son avocat a appris ce vendredi auprès de l'administration pénitentiaire qu'il n'entrerait en ligne de compte pour une éventuelle libération conditionnelle que d'ici 25 jours.

Fouad Belkacem ne sera pas libéré dans l'immédiat

© Belga

Fouad Belkacem, condamné ce vendredi à six mois de prison par le tribunal correctionnel d'Anvers, était en détention préventive depuis début juin, soit depuis près de six mois. Il doit par contre encore purger deux autres peines de six mois de prison chacune.

Ce matin, son avocat, Walter Damen avait affirmé qu'il allait "falloir décider s'il doit purger ces peines. Il entre également en ligne de compte pour bénéficier d'un bracelet électronique mais c'est à l'administration pénitentiaire que revient la décision".

Incitation à la haine

Belkacem avait diffusé le 1er juin dernier via YouTube un message vidéo de Sharia4Belgium dans lequel il exprimait son mécontentement par rapport au contrôle subi la veille à Molenbeek par une femme portant un niqab. Il y exprimait aussi son admiration quant au coup de tête que cette femme avait asséné à une policière, donnait son approbation aux échauffourées qui avaient éclaté ensuite et appelait les autres musulmans à "se lever" et "à défendre l'honneur des musulmans".

Belkacem a réfuté le fait d'avoir incité à la haine, à la violence ou à la discrimination par le biais de ce message mais tel n'est pas l'avis du tribunal. "Dans un contexte où des violences avaient déjà éclaté et en sa qualité de leader de fait de Sharia4Belgium, son message pouvait difficilement être interprété autrement que comme un appel à poursuivre les émeutes et les actes de violence", indique le tribunal.

La question de savoir si certaines formulations constitueraient des supplications ou seraient d'authentiques versets du Coran n'a rien à voir là-dedans, estime le tribunal. Compte tenu du contexte de violence dans laquelle elle a été prononcée, cette formulation pouvait aussi être une incitation à l'agression.

Le fait que ces mots aient constitué le véritable catalyseur des événements des jours suivants ou de l'attaque au couteau commise à l'encontre de deux fonctionnaires de police le 8 juin dans une station de métro, n'est pas prouvé, estime encore le tribunal. "Mais cela n'influe pas sur la possibilité d'estimer les faits prouvés. La volonté manifeste du prévenu d'inciter à la haine, à la discrimination ou à la violence, est, elle, prouvée et est suffisante."

Le ministère public avait requis la peine maximum d'un an de prison, 300 euros d'amende et une déchéance des droits pour 10 ans. Le tribunal a néanmoins tenu compte du fait que Sharia4Belgium a entre-temps été démantelé et que Belkacem a exprimé le désir de se consacrer désormais à sa famille.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires