Fortement critiquée, Milquet demande que cessent les attaques

29/04/13 à 10:46 - Mise à jour à 10:46

Source: Le Vif

Joëlle Milquet est de plus en plus critiquée au sein du gouvernement d'Elio Di Rupo, surtout à cause de sa gestion "chaotique" du dossier des départs de jeunes combattants belges en Syrie. Au point que certains membres du gouvernement mettraient en garde le Premier ministre, selon le journal Le Soir.

Fortement critiquée, Milquet demande que cessent les attaques

© Image Globe

Plusieurs membres de la majorité ont critiqué Joëlle Milquet, la ministre de l'Intérieur, pour sa gestion du dossier des jeunes belges partis se battre en Syrie. On lui reproche de s'agiter beaucoup, mais de ne pas faire grand-chose, rapporte Le Soir de ce lundi.

Pourtant, l'intéressée affirme qu'un travail contre le radicalisme a été entamé en juillet 2012 au cabinet de l'Intérieur et en toute discrétion.

Deuxième point critiqué, sa méthode "brouillonne" et "chaotique". Si certains y voient un enthousiasme débordant et un travail acharné, d'autres critiquent son manque de rigueur, ses mails incomplets envoyés à deux heures du matin et ses retards systématiques aux réunions. "C'est la situation en Syrie qui est chaotique et qui réclame une gestion en temps réel", répond la ministre qui "en a gros sur la patate", selon Le Soir.

La communication de Joëlle Milquet est également montrée du doigt. Pas cohérente, elle demanderait la discrétion aux autres membres du gouvernement, mais ne se priverait pas de communiquer en parallèle.

En coulisse, tout le monde serait d'accord pour dire que le problème ne vient pas de la gestion du dossier sur la Syrie. Milquet paierait en fait son manque de loyauté. Lors du conclave budgétaire, elle n'aurait rien lâché dans ses départements, alors que les autres étaient obligés de faire des concessions. Très touchée par ces critiques anonymes, Joëlle Milquet a demandé que cessent ces attaques malintentionnées qu'elle juge "injustes".

En savoir plus sur:

Nos partenaires