Formation initiale des enseignants - Face aux critiques, Marcourt défend l'allongement de la formation des profs à cinq ans

14/06/16 à 14:32 - Mise à jour à 14:32

Source: Belga

(Belga) Le ministre de l'Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, a réaffirmé mardi sa volonté d'étendre à terme la formation de tous les enseignants en Fédération Wallonie-Bruxelles à cinq ans, malgré les récentes critiques des recteurs des universités ou l'impact budgétaire de cette réforme.

Formation initiale des enseignants - Face aux critiques, Marcourt défend l'allongement de la formation des profs à cinq ans

Formation initiale des enseignants - Face aux critiques, Marcourt défend l'allongement de la formation des profs à cinq ans © BELGA

La semaine dernière, par voie de presse, les recteurs des universités francophones rejetaient cet allongement, estimant qu'il entraînerait une pénurie de profs et engendrerait un surcoût insoutenable pour le budget de la Fédération. Rallonger la formation de tous les enseignants signifierait en effet devoir les rémunérer tous à terme comme des diplômés de l'enseignement supérieur de type long, soit une dépense de quelque 800 millions d'euros par an, selon certaines estimations. Interpellé mardi en commission sur ces éléments, le ministre Marcourt a défendu cette extension malgré les conséquences budgétaires, celles-ci n'étant qu'une "estimation brute qui ne tient pas compte des améliorations que cette réforme peut apporter à notre système scolaire et de son impact sur d'autres paramètres susceptibles de générer des effets positifs sur la trajectoire budgétaire". Le ministre a rappelé à ce propos que le redoublement coûtait chaque année quelque 400 millions d'euros à la Fédération. Celui-ci a aussi écarté tout risque de pénurie d'enseignants. "L'observation de plusieurs pays européens ayant opté pour une formation en 5 ans montre que la pénurie d'enseignants semble avoir été compensée par une plus grande attractivité de la fonction liée à la considération, à la reconnaissance, au prestige reconquis au sein de la société ou à des conditions de travail moins inconfortables du fait d'une formation renforcée", a insisté M. Marcourt. Pour lui, la pénurie actuelle d'enseignants en Fédération Wallonie-Bruxelles est générée par "le nombre excessivement élevé d'enseignants qui quittent le métier au cours des 5 premières années, et pour la plupart, en raison notamment d'une formation initiale jugée insuffisante par eux-mêmes". (Belga)

Nos partenaires