Formation fédérale : les fuites dans la presse suscitent quelque nervosité

22/08/14 à 13:53 - Mise à jour à 13:53

Source: Le Vif

Les esprits s'échauffent quelque peu dans les états-majors des partis de la future coalition suédoise au sujet de la note des co-formateurs Kris Peeters et Charles Michel, de l'interprétation qu'en font certains journaux et de pistes évoquées par les mêmes organes de presse.

Formation fédérale : les fuites dans la presse suscitent quelque nervosité

© Image Globe

La N-VA s'est montrée courroucée alors qu'elle n'a pu prendre connaissance de la note servant de base aux négociations qu'après en avoir découvert certains éléments dans la presse, une irritation que d'autres voient comme une stratégie permettant d'affirmer que tout ne se déroulera pas en deux coups de cuiller à pot durant la formation. Les nationalistes n'ont pas caché non plus leur agacement après que certains journaux eurent publié qu'il existait une solution pour les coopérants d'Arco, alors que la note de base invite à rechercher une solution. Se voulant apaisant, le président du CD&V, Wouter Beke ,l'a confirmé vendredi. "Il y a une note des formateurs. Il n'y a pas de décision", a-t-il dit.

De son côté, le MR a tenu à opposer un "ferme démenti" aux informations publiées vendredi par 'La Libre Belgique' selon lesquelles le parti appellerait à enquêter sur le revenu des chômeurs. "Pure intox", a réagi la Toison d'Or. La Libre assure pourtant posséder des documents attestant de ces propositions. Mais au MR, on rétorque que ces documents n'existent pas. Le centre d'études libéral Jean Gol ne s'est en tout cas jamais prononcé en ce sens. En revanche, la N-VA avait formulé une telle proposition durant l'été. Mais celle-ci avait été barrée par les autres partenaires.

Ces quelques crispations n'altèrent pas pour autant l'ambiance autour de la table, que l'on continue à qualifier de sereine et constructive. "Cette note des formateurs est un point de départ. Je comprends que tout le monde veuille savoir quelle politique sera menée dans les prochaines années mais nous ne sommes pas encore au terme des travaux", a relativisé la présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten. "Les quatre partis ont pour ambition d'oeuvrer à la croissance de l'économie et assurer le futur de ce pays", a-t-elle ajouté, appelant à "un peu de patience". Il y a actuellement "une note des formateurs, pas encore d'accord de gouvernement". Face aux tergiversations, Mme Rutten a regretté que certains se laissent aller à communiquer "sur le trottoir". Elle a reconnu qu'en l'état actuel des travaux, il y avait également quelques "écueils" pour les libéraux flamands. Mais la ligne de la note est "très libérale", s'est-elle réjouie. Selon elle, les négociations devraient pouvoir se terminer d'ici "quelques semaines". Elle a appelé à "donner du gaz" (accélérer).

Les négociateurs se sont retrouvés à 14h00 pour aborder les chapitres Police, Asile et Immigration. En matière de police, il devrait notamment être question de la prévention du radicalisme et du volet social (prépension...) même si celui-ci est censé être géré par le ministre de l'Intérieur sortant. En ce qui concerne l'immigration, les négociateurs devraient partir de la politique menée par la secrétaire d'Etat, Maggie De Block (entre-temps devenue ministre de la Justice). Cette politique a conduit à restreindre l'acquisition de la nationalité et l'accès à l'asile sur le territoire.

En savoir plus sur:

Nos partenaires