Formation fédérale : la première phase des discussions est terminée

28/08/14 à 20:07 - Mise à jour à 29/08/14 à 07:59

Les négociateurs de la coalition suédoise ont achevé jeudi la première lecture de la note des formateurs Kris Peeters et Charles Michel. Vendredi et samedi, il s'entretiendront avec les présidents des partis associés aux négociations pour organiser avec eux la suite du travail. Lundi, ils entameront la deuxième phase des discussions. Les formateurs feront rapport au roi jeudi prochain.

Formation fédérale : la première phase des discussions est terminée

© Belga

Au cours de cette première lecture, les deux formateurs ont pris note de toutes les remarques et propositions d'amendements des différents partenaires assis autour de la table. Plus aucun autre amendement ne pourra être introduit. Lundi, commenceront les arbitrages.

A l'heure où les gouvernements francophones font leur rentrée, M. Michel a insisté sur la volonté de travailler en concertation avec toutes les entités fédérées, alors que le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, s'est posé en défenseur des droits des francophones face à la "suédoise".

"Nous voulons avoir l'occasion de les rencontrer pour leur dire combien nous voulons faire fonctionner le fédéralisme belge et travailler en étroite concertation", a expliqué le libéral.

"Dire qu'il y a un danger pour une entité, ça n'est pas fondé", a ajouté M. Peeters.

Le 25 juillet, après la première réunion associant le MR, la N-VA, le CD&V et l'Open Vld, les deux formateurs ont annoncé qu'ils rencontreraient les différents ministres-présidents mais, un mois plus tard, aucune rencontre n'a eu lieu.

La plus grande difficulté des discussions sera budgétaire. Parallèlement à l'examen de la note, des groupes de travail se sont penchés sur cet aspect et ont réalisé diverses estimations.

M. Peeters a rappelé qu'il faudrait trouver 17,3 milliards d'euros sous cette législature. En intégrant les demandes des uns et des autres, la facture passe au-delà des 20 milliards d'euros. Les arbitrages seront donc particulièrement importants.

Les deux formateurs n'ont pas voulu aborder la question de la composition du futur gouvernement. "Les maillots jaune, vert, à pois ou celui du coureur le plus méritant sont distribués à la fin de la course", a souligné M. Peeters. La même réserve a été de mise pour la question du commissaire européen, à la veille du sommet européen. "Ce n'est pas à l'ordre du jour maintenant", a-t-il dit.

Le bruit a couru que M. Peeters pourrait terminer seul la formation du gouvernement. Interrogés sur ce point, les deux formateurs ont insisté sur leur "excellente coopération". Les négociations se concluront à deux, a-t-on assuré en coulisses.

En savoir plus sur:

Nos partenaires