Fonck veut que le congé d'adoption soit de même durée que le congé de maternité

04/11/14 à 21:37 - Mise à jour à 21:37

Source: Belga

La députée fédérale cdH Catherine Fonck a déposé une proposition de loi dans l'objectif de faire allonger le congé d'adoption pour le faire coïncider au congé de maternité, a indiqué mardi le collectif "Le congé de maternité pour tous", initié par trois mamans adoptives qui dénoncent une législation "discriminatoire".

Fonck veut que le congé d'adoption soit de même durée que le congé de maternité

© Image Globe

"Aucune raison objective ne peut justifier un temps d'accueil différent entre un enfant naturel et un enfant adoptif. Bien au contraire. Les enfants adoptés connaissent des parcours de vie marqués par l'abandon ou la séparation. Cette période d'accompagnement au sein du nouveau foyer est donc nécessaire pour créer du lien, de la confiance, de la sécurité, entre les membres de la nouvelle famille", a souligné Catherine Fonck qui n'en est pas à sa première tentative de changement de la législation. La proposition de loi de la députée humaniste vise à allonger "le congé d'adoption à quinze semaines, à prendre dans les deux mois qui suivent l'accueil effectif de l'enfant dans sa famille. Elle prévoit également deux semaines supplémentaires en cas d'adoption de plusieurs enfants et elle double le congé si l'enfant est en situation de handicap", précise le communiqué. Le collectif "Le congé de maternité pour tous" a envoyé une lettre ouverte au gouvernement fédéral le week-end dernier. Il revendique une modification urgente de la législation. Actuellement, le congé d'adoption est de six semaines si l'enfant est âgé de moins de trois ans à son arrivée et de quatre semaines s'il a entre 3 et 8 ans. Aucun congé n'est toutefois prévu pour les enfants de plus de 8 ans. En 2013, 235 enfants ont été adoptés. "L'attachement est une étape fondamentale à la fois pour les enfants et pour les parents. Cependant, il nous semble que le législateur a simplement considéré le temps nécessaire à la remise d'un éventuel décalage horaire et de quelques adaptations logistiques, sans se préoccuper des besoins particuliers d'un enfant adopté", estime le collectif qui a déjà récolté plus de 1.200 "like" sur sa page Facebook.

Nos partenaires