Fin du monopole d'Alain Hubert sur la station polaire

10/12/13 à 06:49 - Mise à jour à 06:49

Source: Le Vif

L'explorateur belge, Alain Hubert, devrait perdre à l'avenir son monopole de fait dans l'accompagnement logistique des missions scientifiques belges en Antarctique.

Fin du monopole d'Alain Hubert sur la station polaire

© Image Globe / FRANCOIS WALSCHAERTS

Le secrétaire d'Etat à la Politique scientifique Philippe Courard veut désormais sélectionner les "explorateurs" belges via marchés publics, peut-on lire mardi dans La Libre Belgique et la Dernière Heure.

Philippe Mettens, le directeur de la Politique scientifique fédérale, avait déposé la semaine passée une plainte au parquet contre Alain Hubert, président de l'International Polar Foundation (IPF). L'explorateur polaire est soupçonné de prises illégales d'intérêt et de conflits d'intérêts dans la gestion de la Station Princess Elisabeth, située sur le continent antarctique

Philippe Courard planche donc actuellement sur un nouveau modèle de gestion pour la station Princesse Elisabeth. Si ce modèle voit le jour, l'attribution de la gestion de la logistique des missions polaires sera mise dorénavant en concurrence dans le cadre de marchés publics. Autrement dit, tous les "explorateurs" pourront entrer en compétition avec Alain Hubert pour remporter le marché des expéditions belges en terres australes.

"Tout le monde devra répondre aux appels d'offres pour réaliser les prestations entourant les missions. D'autres explorateurs pourront donc postuler pour accomplir le job que fait actuellement Alain Hubert. Je n'émets d'exclusive contre personne mais ça ne doit pas rester dans le giron d'un seul" , explique Philippe Courard. "Au sujet d'Alain Hubert et du dossier communiqué au parquet, il faut que chacun tire les conclusions. Les reproches sont importants depuis pas mal de temps mais il y a une prise de conscience de la part de tout le monde. Philippe Mettens a dit qu'il y a des illégalités commises par Alain Hubert et il a signalé tout cela au parquet. C'est désormais à la justice de faire son travail et cela va prendre du temps", a-t-il ajouté.

En savoir plus sur:

Nos partenaires