Fin du démantèlement de la partie sud de la "jungle" des migrants de Calais

16/03/16 à 17:36 - Mise à jour à 17:36

Source: Belga

(Belga) Le démantèlement de la partie sud de la "jungle" de Calais, un vaste campement de migrants devenu le plus grand bidonville de France, s'est achevé mercredi après 17 jours de travaux.

Fin du démantèlement de la partie sud de la "jungle" des migrants de Calais

Fin du démantèlement de la partie sud de la "jungle" des migrants de Calais © BELGA

Les dernières cabanes de la zone, où étaient auparavant installés un millier de migrants selon les autorités, ont été enlevées dans l'après-midi. Ne subsistent plus sur cette étendue de 7,5 hectares que quelques "lieux de vie" que les autorités françaises s'étaient engagées à préserver. La zone ainsi dégagée ressemble à un immense terrain vague, jonché de débris divers - détritus, sacs de couchage, morceaux de bois et de tentes... - où certains bénévoles viennent récupérer des objets pour les transporter dans la partie nord du bidonville. Selon des associations, c'est dans cette dernière que 80% des migrants se seraient réinstallés. Les autorités locales admettent que certains se sont repliés sur la zone nord, mais la préfecture du Pas-de-Calais juge leur nombre "impossible" à estimer pour le moment. Plusieurs associations d'aide aux migrants ont mis en garde le gouvernement français mercredi contre toute tentative de démanteler maintenant la partie nord de la "jungle", ce qui serait "inacceptable" à leurs yeux. Cela poserait "plus de problèmes que pour le sud: où vont aller tous ces gens? ", a relevé François Guennoc, de l'Auberge des migrants. Et Médecins sans frontières (MSF) s'est alarmé de "conditions sanitaires très préoccupantes". Le gouvernement n'a pas précisé à ce stade ses intentions concernant la partie nord de la "jungle". La préfecture a toutefois affirmé à plusieurs reprises qu'elle entendait limiter ses capacités à 2.000 personnes, uniquement dans les hébergements en dur de deux centres d'accueil. Selon différentes sources, entre 3.700 et 7.000 migrants au total, surtout syriens, afghans et soudanais, sont installés dans le bidonville, dans l'espoir d'un passage vers la Grande-Bretagne. (Belga)

Nos partenaires