FGTB : "Il n'y aura pas d'accord interprofessionnel"

14/01/13 à 15:14 - Mise à jour à 15:14

Source: Le Vif

La décision du gouvernement fédéral d'imposer une modération salariale rend impossible la conclusion d'un accord interprofessionnel (AIP) 2013-2014, a indiqué lundi la secrétaire générale de la FGTB, Anne Demelenne, dans le cadre d'une conférence de presse consacrée au "baromètre socio-économique 2013" du syndicat socialiste.

FGTB : "Il n'y aura pas d'accord interprofessionnel"

© Image Globe

"Il faut savoir que le gouvernement nous a confisqué ce qui constitue le coeur même de la négociation d'un AIP, c'est-à-dire la possibilité d'augmenter les salaires bruts en fonction de la bonne santé de l'économie", a déclaré Anne Demelenne. "Je rappelle qu'il y avait une marge de 0,9% que le gouvernement veut utiliser pour réduire le soi-disant écart salarial", a-t-elle ajouté. "Nous disons au gouvernement qu'il se trompe d'orientation. Il faut soutenir le pouvoir d'achat des travailleurs et des allocataires sociaux".

Le président de la CSC, Marc Leemans, avait déjà déclaré, dimanche sur le plateau de l'émission De Zevende Dag de la VRT, qu'"il n'y aurait pas d'accord interprofessionnel" en raison de la décision "unilatérale" du gouvernement de modérer les salaires. "Pour nous, c'est clair qu'un AIP n'est plus possible. Mais la concertation sociale, au sein du Conseil national du Travail ou au sein du Conseil central de l'Economie, n'a jamais été interrompue. Nous n'avons pas rompu le dialogue", a encore précisé la secrétaire générale de la FGTB.

Ainsi, un accord est imminent entre les partenaires sociaux concernant le dossier de la liaison des allocations sociales au bien-être. Dans les prochaines semaines, la FGTB entend en outre négocier avec les organisations patronales pour obtenir, au niveau des secteurs, des augmentations de salaires bruts. Et le syndicat socialiste compte bien s'opposer à la réforme de la loi de 1996 sur la compétitivité, réforme qui risquerait d'entraîner un "blocage salarial pour plusieurs années", selon le syndicat.

Parmi les autres dossiers au menu de la concertation sociale figurent l'harmonisation des statuts ouvrier et employé, dont le deadline est fixé au 8 juillet 2013, ainsi que la réforme de l'index. "Nous sommes prêts à l'examiner pour que cela colle mieux à l'évolution de la consommation. Mais nous n'accepterons pas de manipulation de l'index qui porte atteinte au pouvoir d'achat des consommateurs", a averti Mme Demelenne.

En savoir plus sur:

Nos partenaires