Feu vert du gouvernement flamand pour un élargissement du Ring

25/10/13 à 14:46 - Mise à jour à 14:46

Source: Le Vif

Entre négociations et concessions, le gouvernement flamand s'est mis d'accord. Les travaux devraient débuter en 2016 dans la zone de Zaventem

Feu vert du gouvernement flamand pour un élargissement du Ring

© Image Globe

Le gouvernement flamand s'est mis d'accord vendredi sur les modalités de son projet d'élargissent du Ring entre Grand-Bigard et Zaventem dans lequel il injectera 380 millions d'euros au cours des prochaines années. Le réaménagement fera passer l'anneau routier de 4 ou six bandes en fonction des endroits à huit à dix bandes de circulation en séparant celles réservées au trafic de transit (3+3) de celles du trafic "local". Les travaux devraient démarrer en 2016 dans la zone de Zaventem.Concession faite à Bruxelles où l'opposition au projet a été vive jusqu'à présent: le Bois du Laerbeek à Jette, en lisière duquel le Ring est aménagé dans sa configuration actuelle, sera maintenu dans son intégralité contrairement à ce qui était annoncé initialement. La ministre flamande de la Mobilité Hilde Creviets (CD&V) a par ailleurs annoncé que ce vaste projet serait réalisé en parallèle aux investissements que la Flandre prévoit en infrastructures cyclables et de lignes de trams. Cette nouvelle a suscité de vives réactions, notamment de la part de Greenpeace, qui qualifie ce projet de "climaticide".En Région bruxelloise, la crainte est grande de voir cet élargissement contribuer à asphyxier davantage la ville confrontée à des taux très élevés de pollution provenant du trafic routier et auxquels contribue très largement cette ceinture empruntée quotidiennement par les navetteurs, mais aussi par un trafic de transit considérable.

Le gouvernement flamand choisit de séparer les circulations locales et de transit

Le gouvernement flamand a tranché vendredi le noeud gordien à propos du Ring de Bruxelles (R0). Le gouvernement choisit de séparer les circulations locale et de transit, avec la plupart du temps trois bandes pour le transit et deux bandes pour la circulation locale. On investira aussi dans des infrastructures cyclables et dans des liaisons de tram. Les plans doivent améliorer tant la sécurité routière que la fluidité du trafic, déclare la ministre flamande de la Mobilité Hilde Crevits (CD&V). Les travaux commenceront en 2016, pour un prix estimé à 380 millions d'euros.

Le Ring de Bruxelles se distingue surtout, depuis des années, par ses embouteillages et son insécurité routière. Sur la portion la plus fréquentée du R0, on a comptabilisé en 2012 environ 1.908 heures -80 jours- d'embouteillages. On y déplore également de nombreux accidents: en 2012, il y a eu, pour les seuls jours de semaine, près de 1.000 accidents et incidents, avec pour conséquence souvent de longues files sur le ring et le réseau routier adjacent.

Des projets existent depuis longtemps pour s'attaquer à ce problème. Après des années de préparation, de négociations et d'études, le gouvernement flamand a tranché le noeud gordien pour la refonte de la partie nord du R0.

Une série de scénarios extrêmes, allant d'un méga-tunnel sous Bruxelles à un "scénario zéro" apuré (pour lequel presque rien ne change), n'a rien donné.

Le gouvernement flamand a désormais choisi le scénario séparant les circulations locales et de transit. Concrètement, la partie ouest du ring, entre la E40 et la A12, sera pourvue de 2x3 bandes de circulation pour le transit et 2x2 bandes pour la circulation locale. Cela signifie que dans cette zone, on augmentera le nombres de voie à certains endroits.

La partie centrale, entre la A12 et la E19, sera équipée de trois bandes pour le trafic de transit et une pour la circulation locale. Dans la zone de Zaventem, la partie entre la E19 et la E40 (vers Louvain), on aura à nouveau 2x3 bandes pour le transit et 2x2 bandes pour la circulation locale.

Pour Hilde Crevits, il ne s'agit pas d'un "élargissement linéaire" du Ring, mais d'une "optimalisation". "C'est une refonte fonctionnelle dans laquelle le ring ne prendra pas (beaucoup) plus de place que maintenant. Le Ring fait à certains endroits déjà 12 à 14 bandes de largeur. Mais dans certaines zones, il faudra en effet plus de place pour la solution retenue", a-t-elle souligné.

Le bois de Laarbeek est un des points les plus cruciaux. Ce bois, situé sur le territoire de la commune bruxelloise de Jette, était menacé de disparition (partielle) en raison de l'élargissement prévu, ce qui avait suscité de nombreuses protestations depuis Bruxelles. Mais l'objectif serait maintenant de maintenir ce bois, en déviant légèrement l'axe du Ring vers le nord-ouest.

L'intention est de commencer d'abord (dès 2016) les travaux dans la zone de Zaventem. Cette zone compte parfois déjà plus de dix bandes de circulation. On peut donc en grande partie utiliser les infrastructures existantes afin de limiter au maximum l'impact des travaux. Le coût des travaux dans la zone de Zaventem est estimé à 98 millions d'euros. La semaine passée, le gouvernement flamand avait déjà fait savoir qu'il voulait financer les travaux via un partenariat public-privé (PPP).

Le reste du Ring sera aménagé ensuite. Cette partie des travaux coûterait 280 millions d'euros. Une concertation suivra avec la Région bruxelloise pour les permis, car une partie des travaux se déroulera sur le territoire de la Région-capitale.

A côté de cette refonte du R0, le gouvernement flamand prévoit aussi des investissements pour les pistes cyclables et les transports publics. Il veut ainsi travailler avec le gouvernement bruxellois pour réaliser un réseau FietsGEN (réseau express à vélo) équipé de 400 km de pistes cyclables. Le gouvernement veut aussi réaliser trois liaisons de tram prioritaires: le tram allant de Jette jusqu'à l'aéroport de Zaventem, un tram le long de la A12 entre Bruxelles et Willebroek et un tram entre l'aéroport de Zaventem et Bruxelles.

Nos partenaires