Fête nationale: quelque 500 personnes ont accueilli le couple royal pour le Te Deum à Bruxelles

21/07/16 à 13:15 - Mise à jour à 13:15

Source: Belga

(Belga) Environ 500 personnes, selon la police, se sont rassemblées jeudi dès 09h30 autour de la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule à Bruxelles pour le traditionnel Te Deum de la fête nationale. Il n'y a eu aucun incident.

Fête nationale: quelque 500 personnes ont accueilli le couple royal pour le Te Deum à Bruxelles

Fête nationale: quelque 500 personnes ont accueilli le couple royal pour le Te Deum à Bruxelles © BELGA

De nombreux représentants politiques étaient présents, parmi lesquels le Premier ministre Charles Michel, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le vice-Premier ministre et ministre de l'Economie Kris Peeters ou encore le ministre de la Justice Koen Geens. D'autres personnalités comme Salah Echallaoui, président de l'Exécutif des musulmans de Belgique, ont également assisté à la cérémonie. En introduction, l'archevêque de Malines-Bruxelles Joseph De Kesel a encouragé l'assemblée à oeuvrer pour la paix. Les personnes rassemblées à l'extérieur ont brandi de nombreux drapeaux belges. Le couple royal et ses enfants ont été accueillis sous des applaudissements. Le public a scandé des "Vive le Roi" et des "Vive la Reine" dès la descente des marches des souverains. La reine Mathilde a reçu plusieurs bouquets de fleurs. Pour certains spectateurs, la popularité du roi Philippe et de son épouse s'est renforcée dans le contexte post-attentats. "Ils ont su faire face aux événements et affirmer l'union de la Belgique", estime Stéphanie, une touriste française admiratrice de la famille royale belge. Richard, un citoyen belge d'origine polonaise venu de la région montoise pour assister à la fête nationale, comme il le fait chaque année, partage ce sentiment: "Pour moi, il est important de montrer que rien n'a changé. En étant ici avec nous, notre Roi et notre Reine montrent un exemple formidable. J'encourage la population à mettre leurs peurs de côté. On est un pays de croisements, tant d'origines différentes unies dans le bonheur comme dans le malheur...", ajoute-t-il. (Belga)

Nos partenaires